Louis Vuitton présente l’un des plus gros diamants bruts du monde : « sa couleur est cachée »

Son nom signifie « découverte rare » en tswana, langue parlée au Botswana ; pays où il a été découvert en avril 2019. Le Sewelô s’impose désormais comme le plus gros diamant brut jamais extrait depuis le « Cullinan » sudafricain en 1905 (3100 carats) – gemme à la taille démesurée qui a fourni par moins de 9 joyaux à la couronne Britannique.

 

Ecoutez Marie-Perle Harmant de l’Institut National de Gemmologie, au micro de Céline Kajoulis

Si un diamant noir se cache à l’intérieur, sa découverte sera d’autant plus marquante

La pierre, qui sera dévoilée aujourd’hui à Paris par son récent acquéreur, le groupe de luxe français LVMH, sera ensuite présentée à l’étranger. Sa surface n’est pour l’heure toujours pas polie. Sa véritable couleur demeure donc cachée sous une pellicule grisâtre. La taille de ses 350 grammes de carbones cristallisés (1.756 carats), sera prochainement réalisée par HB Compagny dans la capitale européenne du diamant, Anvers (Belgique). Selon Marie-Perle Harmant de l’Institut National de Gemmologie, l’avenir de cette pierre rare dépendra de sa couleur. Si un diamant noir se cache à l’intérieur, sa découverte sera d’autant plus marquante, mais le fractionnement devrait s’avérer plus ardu.

 

A lire aussi

 

Ce diamant permet à LVMH se distinguer sur le marché

Alors, elle devrait certainement rester en l’état. « En revanche, si on trouve une pierre blanche, on pourra la fractionner. On pourra ainsi en faire une collection : un bracelet, un collier et une paire de boucle d’oreilles, avec plusieurs dizaines de diamants ». De quoi permettre à Louis Vuitton de se distinguer de ses concurrents sur le marché, quelques semaines après le rachat du joaillier new-yorkais Tiffany’s pour 14,7 milliards de dollars. « La haute-joaillerie ne montre pas ce qu’il se passe en coulisses. Nous sommes totalement transparents concernant la mine d’où [le diamant] vient, et nous associons le client dans la création de la pierre finale », a déclaré son PDG Michael Burke au Financial Times.

Nicolas Gomont

 

Retrouvez l’actualité du Classique