Louis Schwizgebel joue Schubert

« Les divines longueurs » (Robert Schumann)

Lauréat du Concours international de musique de Genève à dix-sept ans et des Auditions internationales des jeunes artistes de concert à New York, Louis Schwizgebel (né en 1987) fait ses débuts au Proms dans le Premier Concerto pour piano de Serge Prokofiev. Il joue sous la direction de chefs tels Lionel Bringuier, Charles Dutoit, Fabio Luisi ou Louis Langrée. Pour le label Aparté, il a déjà enregistré les Concertos pour piano n° 2 et 5 de Camille Saint-Saëns ainsi que les Concertos pour piano n° 1 et 2 de Ludwig van Beethoven. En s’attaquant à Franz Schubert dans son dernier album, le jeune pianiste suisse sonde les abîmes de l’âme romantique, emprunte de nostalgie, de véhémence et d’introspection.
Première sonate publiée du vivant de Schubert, la Sonate en la mineur est considérée comme la première sonate de sa maturité. Appartenant au grand triptyque de 1828 (année de la mort de Schubert), la Sonate en ut mineur apparaît comme la plus beethovenienne en raison de ses dimensions, de son intensité (la violence du Deuxième mouvement) et de ses nombreux passages chromatiques, si différents du ton généralement intimiste et confidentiel que semble la marque du reste de son œuvre. Sans nul doute l’un des sommets du piano romantique… qui se gravit à tout âge !