Louis-Ferdinand Céline : Comment ses lettres et manuscrits perdus ont été retrouvés

Père Ubu/Flickr

De son vivant il n’a cessé de crier au vol ! C’était devenu presque une marotte : « Ils ne m’ont rien laissé, pas un mouchoir, pas une chaise, pas un manuscrit ». Louis-Ferdinand Céline affirmait à cor et à cri que des milliers de feuillets lui avaient été dérobés chez lui en 1944.

Céline : « la valeur de ces inédits se chiffre en millions d’euros »

Le Monde publie une passionnante enquête, car ces manuscrits existent bien et ils ont été retrouvés. Jean-Pierre Thibaudat, critique littéraire, ancienne plume de Libération a mis la main sur des pages et des pages de Céline, mort en 1961. Parmi les feuillets, se trouve un roman entier, inconnu, intitulé Londres. Le journaliste raconte au Monde qu’un jour il a été contacté par un lecteur qui lui aurait remis les manuscrits avec une condition : ne rien dévoiler avant la mort de la veuve de l’auteur controversé de Voyage au bout de la nuit.

A lire aussi

 

« Etant de gauche il ne voulait pas enrichir l’épouse de l’écrivain », lit-on. Lucette Destouches est morte en 2019. Les manuscrits ont refait surface il y a une quinzaine d’années. Jérôme Dupuis, l’auteur de l’enquête raconte à merveille cet imbroglio judiciaire et littéraire, c’est aujourd’hui une histoire d’héritage : la veuve de Céline a deux ayant droit et « la valeur de ces inédits se chiffre en millions d’euros » affirme un expert. Il raconte aussi la cavale de Céline en 1944 et les perquisitions plus ou moins légales de « tous ceux que l’on soupçonne d’avoir collaboré avec l’ennemi » par un groupe de Résistants des Forces Françaises de l’Intérieur.

Victoire Faure

Retrouvez l’actualité du Classique