L’Opéra de Paris à nouveau en grève

C’était trop beau. Les représentations avaient repris depuis le week-end dernier, à l’Opéra Bastille samedi puis au Palais Garnier le lendemain. On pensait que le mouvement de grève contre la réforme des retraites qui affecte l’Opéra National de pars était terminé. Malheureusement ce mercredi la direction a été contrainte d’annoncer l’annulation des 2 spectacles du jour.

 

Les représentations « Le Barbier de Séville » et « L’Après-midi d’un faune/L’Enfant et les sortilèges » sont annulées.

Samedi dernier, c’est à l’Opéra Bastille qu’a eu lieu la 1ère représentation des Contes d’Hoffmann de Jacques Offenbach (qui devaient ouvrir l’année le 21 janvier). Le lendemain après-midi, les représentations avaient repris également au Palais Garnier avec le spectacle qui réunissait Debussy et Ravel à travers 2 de leurs oeuvres majeures, L’après-midi d’un Faune et L’enfant et les sortilèges. Dimanche soir le Barbier de Séville et ce mardi Les Contes d’Hoffmann s’étaient déroulés sans encombre Bastille. C’est à 15h aujourd’hui que la direction de l’institution a publié un communiqué sur son site et un tweet annonçant l’annulation des spectacles programmés ce soir à Bastille et Garnier. Quelques minutes plus tard, la soprano américaine tweetait qu’elle était « désolée du report du Barbier de Séville en raison d’un mouvement de grève et croise les doigts en espérant à nouveau y chanter samedi 1er février (date de la prochaine programmation du Barbier de Séville à Garnier. Ndlr) ». Laissant entendre que la reprise du mouvement pourrait se limiter à la journée d’aujourd’hui, 8e journée de mobilisation nationale. Interrogés par le site Olyrix.com, les syndicats ont néanmoins indiqué que des préavis continueront d’être déposés, expliquant que « le rôle des organisations syndicales est d’écouter toutes les sensibilités, y compris ceux qui continuent de prôner une grève dure. Mais nous envisageons aussi d’autres formes d’expression et de manifestations, en réinventant d’autres modes de contestations ».

 

Déjà plus de 70 spectacles annulés depuis le 5 décembre

Pour rappel, la grève des musiciens, des danseurs et du personnel de l’Opéra de Paris contre la réforme des retraites, qui a débuté le 5 décembre, a provoqué l’annulation de plus de 70 représentations au Palais Garnier et à l’Opéra Bastille, a coûté près de 15 millions d’euros et a privé plus de 150 000 personnes de spectacles. Une crise sociale sans précédent dans l’histoire de l’institution. « Une crise inédite » selon les mots du directeur général Stéphane Lissner qui a annoncé la mise en place d’un plan d’économies drastique et un certain nombre de mesures pour faire avancer les négociations avec les partenaires sociaux et le ministère de la Culture, notamment la création d’un « nouveau statut du danseur » et la prise en compte de la pénibilité pour les personnels concernés.

 

Philippe Gault

Retrouvez l’actualité du Classique