L’interview de Christian Morin

Radio Classique a interviewé Christian Morin qui présentera le concert de Noël à Bordeaux les 20, 21 et 23 décembre prochains.

 

[RADIO CLASSIQUE] Pour la troisième année consécutive, vous allez présenter le Concert de Noël de Radio Classique à Bordeaux, ce concert est-il particulier pour vous ?

[Christian Morin] Je suis toujours très heureux de pouvoir retourner dans ma ville natale et encore plus pour ce rendez-vous très festif, à l’instar des concerts viennois. La musique me met de bonne humeur et elle rendra heureux les 5 000 personnes qui se rendront aux concerts, ainsi que nos auditeurs puisque le concert sera retransmis en direct de l’auditorium le 20 décembre et en rediffusion le 25 décembre sur Radio Classique. Pour la petite histoire, l’auditorium était à l’origine un ancien cinéma, « L’Olympia », où j’allais quand j’étais enfant. Aujourd’hui, c’est devenu un auditorium magnifique grâce à l’architecte Michel Pétuaud-Létang, également un enfant de la ville et avec qui j’étais aux beaux-arts. Il a entièrement pensé et créé ce lieu avec le soutien de Alain Juppé, maire de Bordeaux. Ce nouveau lieu vient en extension du théâtre de Bordeaux pour le plus grand ravissement des nombreux mélomanes de la ville.

 

[RC] Vous commencez à bien connaître le chef d’orchestre Paul Daniel ? Qu’ajoute-t-il à ce concert ?

[CM] Non seulement j’ai pu redécouvrir l’Orchestre National de Bordeaux Aquitaine et le chœur de l’Opéra National de Bordeaux, mais j’ai aussi rencontré le brillantissime chef Paul Daniel. Je trouve que c’est un homme épatant, excellent chef, qui de sa baguette transmet son enthousiasme aux musiciens en propageant à chacun cette envie de jouer. Personnellement, avec lui, j’ai l’impression d’être un privilégié, un peu comme lorsque je suis à la radio…

 

[RC] Que pensez-vous du programme « Swing » ?

[CM] Rien que par le titre, je suis déjà séduit, « Swing » ! Le programme est passionnant avec des œuvres soigneusement sélectionnées. En tant que musicien de jazz, j’étais ravi de voir Louis Prima au programme, le « Roi des swingers », il a rendu célèbre le morceau « Just a gigolo ». Il y aura aussi les Britanniques Iain Farrington, et Malcom Arnold, à l’origine de magnifiques musiques de film, de la musique mexicaine, une surprise sur le prélude en do majeur de Bach et je n’en dis pas plus, rendez-vous au concert !

 

[RC] Comment vous préparez-vous pour cet événement très attendu ?

[CM] A l’image d’un majordome anglais, j’introduis les morceaux comme on fait « passer les plats », d’autant plus que Paul Daniel est britannique et que Bordeaux fut longtemps occupé par nos amis anglais. Comme à la radio, je vais raconter des anecdotes sur les œuvres et leurs compositeurs. Le but n’est pas de faire de la musicologie, mais plutôt d’accompagner l’orchestre et le spectateur de façon légère. Je suis pour la légèreté sérieusement traitée, sans se prendre au sérieux.

 

[RC] Votre plus beau souvenir de Noël ? Votre plus beau cadeau ?

[CM] Noël a toujours été une fête pour moi. Je me souviens d’un petit camion que j’avais reçu enfant, je pouvais tourner les roues avec le volant et les phares s’allumaient, j’étais le plus heureux du monde… Le rêve devenait réalité.