L’HOMMAGE DE LATCHOUMIA À RICHARD WAGNER

Singulier programme de transcriptions pour piano seul de Richard Wagner par le fascinant pianiste Wilhem Latchoumia, qui séduira tous les passionnés de raretés.

Le bicentenaire de la naissance de Wagner, en 2013, fut l’occasion de concevoir ce programme, insérant le postromantisme du compositeur dans une succession de kaléidoscopes originaux grâce à Liszt, Pesson, Jaëll et Wolf. Un tel programme peut se concevoir comme l’exploration de l’univers harmonique wagnérien. Une sorte de voyage, " d’opéra ", selon les confidences du pianiste dans le livret. L’auditeur passe ainsi de la Fantaisie, une pièce de jeunesse à l’écriture morcelée, aux effluves schubertiennes faites de textures complexes issues du chromatisme wagnérien. Puis le pianiste propose un retour à une écriture plus épurée, celle de l’Élégie inspirée par un Liszt tardif et le pressentiment, peut-être, de Scriabine. Wilhem Latchoumia semble autant inspiré par la liberté du chant ­ les influences italiennes encore présentes dans Rienzi ­ que par le souci de préserver la grandeur, la puissance d’un piano (superbe Yamaha) sans tomber dans le piège de la grandiloquence avec La Paraphrase sur la Walkyrie de Wolf.
L’attente et le silence caractéristiques finalement essentielles dans la musique de Richard Wagner – transparaissent dans la respiration et les contrastes de la partition la plus célèbre, la Mort d’Isolde, transcrite par Liszt. Dans cette pièce, on apprécie la clarté du jeu, le délié du phrasé. Wilhem Latchoumia pense avant tout à la voix et plus exactement à son accompagnement. Cette façon élégante de respirer sans appuyer inutilement les trilles pour faire " ronfler " le piano provoque une émotion accrue. Ce disque se révèle un hommage à la voix wagnérienne. Magistral.