Les madeleines de Jean-Yves Tadié

Jean-Yves Tadié, l’invité classique d’Olivier Bellamy
Jean-Yves Tadié fait partie de ces intellectuels qui sont l’honneur de l’université française, bien dévaluée aujourd’hui sur le plan international, non à cause des hommes, mais de structures archaïques et sans doute d’un manque de courage politique car notre système est trop peu sélectif par rapport à la plupart des grandes écoles bien notées dans le classement de Shangaï où la France joue les lanternes rouges. Mais n’ouvrons pas ce dossier brûlant.

Auteur d’une biographie de Marcel Proust, qui fait autorité et de plusieurs essais passionnants (De Proust à Dumas, Proust et le roman) et, bien sûr, de l’édition critique de La Recherche de temps perdu dans la collection La Pleiade, Tadié est le spécialiste de l’un des deux plus grands stylistes du XXe siècle français avec Louis Ferdinand Céline. 

Son dernier livre consacré à Claude Debussy (Le Songe musical / NRF Gallimard) est non seulement  un puits d’érudition, mais offre surtout un portrait sensible et profond du père de la musique moderne.

Le ton un peu vieille France que trahit Jean-Yves Tadié en s’exprimant détonne un peu à nos oreilles d’aujourd’hui habituées au langage bref et agressif imposé par les médias. Ceux qui n’ont pas été gênés par ce parfum suranné n’ont pas perdu leur temps. 

Une anecdote, en passant. Quand j’ai accompagné Jean-Yves Tadié vers le studio, Gérard Pangon nous a salué d’un joyeux « Ah, aujourd’hui, les madeleines vont prendre tout leur sens ! » Nous étions à peine installés que mon invité, sur un ton très cérémonieux, très Ancien Régime, m’a demandé s’il pouvait se laver les mains. Sur le coup, je me suis dit : « Mais qu’est-ce qu’il a besoin de se laver les mains avant de faire l’émission ? C’est un rite ?  » Je l’ai néanmoins dirigé vers les toilettes et, tout d’un coup, je me suis rappelé que dans le grand monde, on ne dit jamais : « Je peux aller faire pipi ? » ou « Oh la la, j’ai une envie pressante, là », mais « Très cher, où puis-je me laver les mains ? »  Genre Ponce Pilate. J’ai raconté ma bévue à la journaliste Béatrice Mouédine, qui en pleurait de rire… J’allais dire : qui en a fait pipi dans sa culotte, mais nous sommes sur Radio Classique. Tout de même, allons… Châtions notre langue.

Voici son programme :

Debussy : La mer : 3e mvt (Abbado)

Madeleines :
Paul Misraki Si vous cherchez un grand frère (orch. Ray Ventura)
Stravinski Le Sacre du printemps début
Wagner Prélude de L’Or du Rhin



Programme :Debussy: Mouvement (Images livre I, par W. Gieseking )

La puerta del vino(Préludes, livre II, Gieseking)

Nuages (Nocturnes, I,)
Abbado

Golliwog’s cakewalk(Children’s Corner)
Michelangeli

Sonate pour violoncelle et piano 2e mouvement


Etude 12, « pour les accords »
 Pollini

Le Faune, mélodie
Souzay

Sonate pour violon et piano (3e mouvement, Thibaud-Cortot, ou sinon Menuhin-Briten).