Les larmes de notre Mau-mau national

« Impossible de ne pas pleurer… mais c’était tellement bon ! » a écrit Françoise sur le blog après avoir entendu l’émission de Maurice André. J’ai écouté le début chez moi avant de filer à un rendez-vous près de l’Opéra et j’ai eu le temps d’entendre en même temps que vous tous le fameux passage où Maurice André parle de son père, de son amour pour la musique classique et où les larmes coulent sans qu’il ne parvienne à les réprimer. En écrivant ces lignes, j’ai à nouveau les yeux qui brillent parce que c’est tellement beau quelqu’un qui a su préserver sa pureté malgré le succès. Et Dieu sait si Maurice André sait ce que le succès veut dire. Il est le musicien français qui a vendu le plus de disques dans le monde et il demeure ce fils de mineur qui, avec un coeur gros comme ça, nous fait entendre la vie dans le mode majeur.