Les enceintes de l’année

Davis Matisse Signature

Enviable succès du constructeur de Troyes, la Matisse revient dans une quatrième version, appelée Signature et très sensiblement revue : ne demeure en effet que le haut-parleur de médium de 13 cm de diamètre en Kevlar, reconnaissable à sa couleur jaune. Les trois autres ont changé. Le tweeter à dôme souple en tissu et les deux haut-parleurs de grave de 13 cm de diamètre à membrane en pulpe de cellulose sont en effet nouveaux.
L’enceinte Matisse conserve en revanche sa fine silhouette, sa base discrète hérissée de quatre pointes de découplage et un double bornier. Elle s’inscrit dans la nouvelle gamme Signature qui compte également la colonne Vinci (haut-parleurs de grave de 17 cm de diamètre), le modèle compact Dufy et la Centrale, destinée, comme son nom l’indique, à l’audio-vidéo (même tweeter et deux transducteurs en Kevlar).
Écoute
Du parrainage du célèbre représentant du fauvisme, on retiendra le rejet de l’effet, de la complexité artificielle et du trait tarabiscoté. Cette enceinte ne simplifie cependant pas la musique pour mieux en dégager les lignes de force mais elle ne va jamais tenter de la maquiller ni de la rendre séduisante à tout prix. Aussi évolue-t-elle avec aisance d’un enregistrement à l’autre et ne reste-t-elle jamais enfermée dans une même ambiance acoustique: l’auditeur n’aura donc jamais l’impression d’écouter le travail du même preneur de son. Si elle refuse les restitutions spectaculaires, elle offre en revanche une reproduction très réaliste des timbres des instruments : l’éclat et le tapage n’ont pas leur place. Cette écoute très rationnelle s’accompagne d’une remarquable lisibilité polyphonique et d’un juste équilibre des registres.