Les différences s’ajoutent

Fatou Diome nous a donné une magnifique leçon d’humanité. Cet écrivain français d’origine sénégalaise vit dans notre pays depuis 1994. Elle vient de publier chez Flammarion « Inassouvies, nos vies », un livre frémissant de sensibilité et plein d’une saine vigueur. Sur la page de garde, elle transmet au lecteur les musiques qui l’ont accompagnée pendant l’écriture : un morceau de kora du Mali, un chant sénégalais, du Keith Jarrett et les Suites pour violoncelle seul de Bach. Grâce (en partie) à la musique, elle est parvenue à réconcilier ses différentes identités sans les fondre, sans les métisser. L’intégration, c’est la désintégration, nous dit-elle. Ses propres différences se sont ajoutées sans rien soustraire en elle.

Voici le programme de Fatou Diome dont on  a pu apprécier la qualité et l’éclectisme.

Suite pour violoncelle de Bach

Madeleines

Djelimoussa Cissoko

Ablaye Cissoko

Lenon : Imagine

Programme :

Nabuccho de Verdi : Choeur des esclaves

Mort d’Isolde, Jessye Norman

Marin Marais : La folia

Carmen : L’amour est un oiseau rebelle

Keith Jarrett : Concert de Cologne