« Le système algérien est très fermé » estime l’ancien ministre des Affaires étrangères, Hubert Védrine

Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères était l’invité politique de Guillaume Durand ce mardi 12 mars 2019, à 8h15. Il est revenu sur deux grands dossiers de politique étrangère : le renoncement au 5e mandat d’Abdelaziz Bouteflika en Algérie et l’après Brexit.

 

Algérie : l’opacité d’un « système fermé »

“Sur l’Algérie, il faut se méfier de nos propres réactions car beaucoup de gens parlent dans le vide en ne sachant rien” a prévenu Hubert Védrine. Cette invitation à la prudence s’explique par le fait que “le système algérien est très fermé”. “Quand on discute avec des responsables politiques algériens, ils ne savent pas ce qui s’y passe. C’est un système qui s’est protégé.” explique-t-il. L’ancien ministre des Affaires étrangères a cependant noté “deux bonnes surprises” de cette mobilisation. Dans un premier temps, il s’est réjoui du “ comportement extraordinaire des Algériennes et des Algériens” qui ont manifesté avec “beaucoup de sang-froid », “sans débordements”, “sans extrémisme”. Il poursuit “c’est assez extraordinaire quand on se rappelle la façon dont avait tourné les Printemps arabes”.

Le renoncement à un 5e mandat est “l’autre bonne surprise” de cette contestation. L’ancien ministre est néanmoins sceptique quant à l’origine de cette prise de décision. “On ne sait pas très bien si c’est Bouteflika lui-même ou les 2/ 3 personnes autour – son frère, le chef d’Etat-Major ou d’autres – qui ont décidé à sa place de renoncer au mandat de trop”. Hubert Védrine précise en outre que la France et les pays voisins ne peuvent “que souhaiter que la suite du processus, de la discussion nationale se passe bien”. “On a aucune influence sur ce qui se passe en Algérie” estime Hubert Védrine tout en précisant que “si un jour les Algériens ont besoin des Européens, il faudra répondre intelligemment et positivement”.

Brexit : Et après ?

“Il sortent de l’Europe communautaire, ils ne sortent pas de l’Europe” a déclaré Hubert Védrine à propos de la sortie des Britanniques de l’UE. Cette nuance a son importance pour l’ancien ministre car “il y a plusieurs propositions pour que sur le plan militaire et stratégique les liens soient conservés”. Hubert Védrine a notamment évoqué “l’idée d’un conseil de sécurité proposé par le président Macron ou encore du traité de Lancaster House qui est un lien bilatéral franco-anglais ». Ces propositions illustrent le fait « qu’il y a déjà des réflexions chez les grands responsables sur l’après (Brexit) quoi qu’ils décident entre-eux ». “Il faut déjà penser à la suite” conclu-t-il.

 

Arthur Barbaresi