Le Greco, le peintre moderne de la Renaissance

Radio Classique est allée voir l’exposition du Greco au Grand Palais et vous donne 5 bonnes raisons d’y courir avant le 10 février !

 

1) Une première rétrospective en France

C’est la première grande exposition jamais consacrée à cet artiste ! Inconnu en France jusqu’au milieu du XIXe siècle mais influent chez les peintres du XXe, Greco n’avait encore jamais été exposé en France. Incongruité que les commissaires de l’exposition, Guillaume Kientz et Charlotte Chastel-Rousseau, s’empressent de corriger. « Il était temps de réparer l’injustice, de ramener Greco au Grand Palais et de lui consacrer l’exposition qu’il mérite. » Guillaume Kientz.

 

2) L’Assomption et La Pietà de Greco

Parmi les 75 œuvres exposées, deux pièces majeures et incontournables du peintre sont à découvrir : L’Assomption de l’art et La Pietà. La première n’est pas revenue en France depuis 1904, date de son achat ; et la seconde révèle un sens poignant du détail et de la couleur.

 

Greco, L’assomption de la Vierge

 

3) Greco, le génie itinérant

Domenico Theotokopoulos naît en Crète en 1541. Formé à la tradition byzantine en Grèce, il découvre la couleur à Venise, Michel-Ange à Rome et le succès à Tolède grâce aux commandes de Diego de Castilla. Ses voyages ont fait de lui un artiste complet, aussi doué en peinture qu’en sculpture ou dessin. Un itinérant génial, dont le pseudo « El Greco », Le Grec, le rattache à jamais à cette vie de pérégrination et d’émigration.

 

4) Le Greco, dernier maître de la Renaissance et premier grand peintre du Siècle d’Or

Par la synthèse de ses différentes influences, Le Greco a marqué l’histoire de la peinture ! Il a la touche libre d’un Titien, le sens visionnaire d’un Tintoret et la force naturelle d’un Michel-Ange. « Au fond, la vie de Greco c’est celle d’un émigré Grec qui veut réaliser son rêve : devenir un grand peintre de la Renaissance. » nous raconte Guillaume Kientz. Il ira au-delà et deviendra le premier maître du Siècle d’Or espagnol !

 

5) La modernité du Greco

L’exposition du Greco au Grand-Palais nous dit une dernière chose : Le Greco est un artiste moderne. Découvert lors de la période romantique, il a profondément influencé Picasso et Cézanne pour une seule raison : c’est un des artistes de la Renaissance dont la manière de peindre est la plus reconnaissable pour nous aujourd’hui. « L’art du Greco n’appartient pas seulement au passé mais s’adresse aussi aux hommes et aux femmes du 21e siècle. » nous dit Charlotte Chastel-Rousseau.

 

Exposition au Grand-Palais jusqu’au 10 février

 

 

Retrouvez l’actualité du Classique