Le gai savoir de Jean Tulard

1. Certains habitués de ce blog se sont émus de mon silence. Je m’en excuse auprès d’eux. Je n’étais ni malade ni amoureux ni débordé, simplement loin et sans ordinateur ! J’ai passé cinq jours de rêve à Rio de Janeiro chez Nelson Freire pour faire un reportage à la demande du magazine Classica sur ce grand pianiste brésilien. Je ne saurais trop encourager les auditeurs à se procurer son dernier disque des Nocturnes de Chopin. Une merveille ! On trouve à Rio, près du Pain de Sucre, une statue de Chopin offerte à la ville (du temps où elle était la capitale du Brésil) en 1944. C’est précisément l’année de naissance de Nelson Freire, qui a joué hier le Concerto en fa mineur du grand Polonais, à l’occasion de la réouverture du magnifique théâtre municipal et qui vient d’être choisi par le Concours Chopin de Varsovie (dont il est membre du jury cette année) comme invité d’honneur lors des célébrations autour de l’anniversaire de la mort de Chopin le 17 octobre prochain. J’y reviendrai…

2.  Jean Tulard a deux passions : Napoléon et le cinéma. Dans ces deux domaines, il est un maître. Sa faconde, son sens de la communication, son enthousiasme sont intacts.

Voici son programme :

air préféré : .

 DON CARLOS – Dans le monastère Don Carlos et

Rodrigo se jurent une amitié éternelle « Dio che nell’alma infondere amor (Acte II)

  Lucie de Lammermoor – Acte I – « Dans le jardin – l’air d’Henry :  Pietade en suo favore » – acte I  Titto Gobbi – version Serafin

air souvenirs d’enfance ou d’adolescence :

1 ° Rossini « Ouverture de Guillaume Tell (la fin)

2° Offenbach – Les contes d’Hoffmann « Elle a fui la tourterelle.. »

3° Gounod – Faust « Gloire immortelle de nos aieux

. L’Opéra de Salambo, dans Citizen Ken, opéra imaginé par Bernard Herrmann

. Le Train sifflera trois fois –

. Stabat mater de Rossini (Pavarotti) Cujus anima

. In the mood for love (Wong Kar Waï)

. OK Coral – DVD sort la semaine du 17 mai avec un bonus de Jean Tulard.