Le flamboyant legs Decca d’Herbert von Karajan

Le coffret de 33 disques « Karajan – Complete Decca Recordings » contient tous les enregistrements du chef d’orchestre autrichien qui ont été publiés par le label Decca. Un témoignage impressionnant de l’art de la direction et du vaste répertoire de Karajan, des grandes œuvres du répertoire symphonique aux standards de l’opéra auréolés des plus belles voix du siècle dernier.

 

Herbert von Karajan fut sans doute le chef le plus titré de l’histoire du disque

Herbert von Karajan (1908-1989) était un phénomène musical… et commercial : Il a dirigé dans toutes les grandes salles de concert et, avec plus de 200 millions d’unités vendues, il est sans doute le chef d’orchestre le plus titré de toute l’histoire du disque. Dix des meilleurs enregistrements d’opéra de tous les temps, y compris les enregistrements Decca-RCA de Tosca et Carmen, sont en vedette de ce coffret dont les bandes ont été remasterisées.

 

A lire aussi

 

A la pointe de la technique de captation, les prises de son Decca magnifient le spectaculaire d’œuvres orchestrales de Richard Strauss (Ainsi parlait Zarathoustra), Holst (Les Planètes), les suites de ballet de Tchaïkovsky ainsi que les plus beaux passages de Giselle d’Adolphe Adam. On notera la présence des pochettes d’origine ainsi qu’un nouvel essai du biographe Richard Osborne.

 

Luciano Pavarotti et Herbert von Karajan s’admiraient mutuellement

Herbert von Karajan a fait de nombreux grands enregistrements d’opéras, mais ce sont ceux qu’il fit à Vienne, à l’époque où il était directeur de l’Opéra d’État, qui traduisent le mieux la conception qu’il avait du genre lyrique, comme en témoignent Aïda de Verdi (1959), La Chauve-souris de Johann Strauss (1960), Otello de Verdi (1961), Tosca de Puccini (1962) et Carmen de Bizet (1963). Luciano Pavarotti était à l’origine des enregistrements mythiques de La Bohème de Puccini (1972) et de Madama Butterfly (1974) de Puccini.

 

A lire aussi

 

L’admiration du chef pour le ténor n’avait d’égal que celle du ténor pour le chef : « Karajan était la personne la plus créative ; il inventait la musique dans l’instant en faisant jouer l’orchestre avec une très grande précision, mais toujours avec âme », notait Pavarotti ; un jugement auquel la postérité n’a pas manqué de souscrire.

Décernés chaque semaine, les Trophées Radio Classique priment un nouvel album, mis à l’honneur notamment dans l’émission « Tous Classiques » de Christian Morin.

Herbert von Karajan : The Complete Decca Recordings (Coffret 33 CD)

 

Retrouvez l’actualité du Classique