Le festival « Mozart Maximum » à la Seine Musicale fait éclater le génie du compositeur « aimé des Dieux »

Et de trois ! L’Insula Orchestra, dirigé par la légendaire Laurence Equilbey, fête l’été avec la troisième édition du Festival Mozart Maximum.

Mozart plein de surprises

Des partitions de jeunesse ou de maturité, des œuvres cultes ou méconnues, il s’agit ici de révéler l’extraordinaire palette de ce compositeur qui excelle aussi bien dans l’opéra que la musique symphonique, le concerto ou l’oratorio. « L’aimé des dieux » nous réserve encore bien des surprises…

Jeu de miroirs entre Mozart et Schubert

Ce jeudi 20 juin, place à un jeu de miroirs entre Mozart et Schubert. Deux compositeurs qui, à 28 ans d’intervalle, ont écrit des symphonies comparables, presque jumelles. La Symphonie n° 40 de Mozart est une œuvre de maturité, tragique et expressive. La Symphonie n° 5, écrite par le tout jeune Schubert, se rapproche de celle de son aîné par sa forme, sa tonalité, sa retenue dans l’expression et sa richesse mélodique. Comme si Schubert aspirait à l’idéal mozartien avant d’aller explorer de nouveaux territoires plus personnels…

Mozart et Steve Reich

Le 22 juin à 19h, Insula Orchestra invite l’ensemble La Maison Illuminée, qui mettra Mozart face à Steve Reich dans un programme composé de l’Adagio et Allegro en fa mineur K. 594, du Concerto pour piano n° 12 et de la très belle Violin Phase de Steve Reich.
Puis à 20h30, les Talens Lyriques emmenés par Christophe Rousset joueront la Betulia Liberata de Mozart. La vertueuse Judith, originaire de Béthulie assiégée par les Assyriens, séduit son ennemi le général Holopherne, et lui coupe la tête, sauvant ainsi son peuple. De cet épisode biblique, le jeune Mozart – âgé de 14 ans – compose cet oratorio en deux actes. Christophe Rousset, à la tête des Talens Lyriques, restitue cette œuvre rarement entendue et probablement jamais exécutée du vivant de Mozart, avec Sandrine Piau dans le rôle d’Amital et Teresa Iervolino dans celui de Giuditta.

Les années praguoises de Mozart

Le 23 juin, ce sont les années praguoises de Mozart qui vous pourrez explorer. Le Concentus Musicus de Vienne, fondé par Nikolaus Harnoncourt, jouera l’ouverture des Noces de Figaro comme une savoureuse mise en bouche avant le Concerto pour violon n° 5 avec Erich Höbarth. Le programme se clôture avec la Symphonie n° 38 dite « Prague » composée pour remercier la capitale de la Bohême qui fut toujours fidèle au compositeur…

Requiem de Mozart

Et du 27 au 30 juin, le chorégraphe circassien Yann Bourgeois interroge les silences de la partition inachevée du Requiem de Mozart. Sur le plateau, huit danseurs acrobates font résonner le vide laissé par la mort de Mozart, entre suspension et disparition. De très grands noms de l’art lyrique viendront compléter le tableau formé par L’Insula Orchestra et Yann Bourgeois : entre autres la soprano Hélène Carpentier, la mezzo-soprano Eva Zaïcik, le ténor Jonathan Abernethy et la basse Christian Immler. Un spectacle au sommet !

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site internet du Festival Mozart Maximum d’Insula Orchestra

À lire : Wolfgang Amadeus Mozart : Vous vous pensiez incollables ?

Gabrielle Seux

Les derniers coups de cœur de Radio Classique :