Le coronavirus nous rappelle les grandes épidémies meurtrières – La revue de presse de David Abiker

Le coronavirus ne quitte plus vos Unes de Journaux. C’est à se demander si certains hebdomadaires n’ont pas décidé de nous faire peur.

 

Cary Grant poursuivi par un énorme coronavirus, référence à la fameuse scène de La mort aux trousses

En Une de L’Obs figure un Chinois visitant la Cité Interdite à Pékin. Mais l’Obs a choisi un homme longiligne, vêtu d’une cape noir et dont le masque blanc ressemble à une tête de mort, résultat on dirait la Grande Faucheuse. L’Express annonce la couleur en détournant ces images du film d’Alfred Hitchcock « La mort aux trousses » lorsque Cary Grant est poursuivi par l’avion dans le champ. Ici Cary Grant est poursuivi par un énorme coronavirus.

 

A lire aussi

 

Match est tout aussi anxiogène avec l’interview exclusive de Caroline membre de l’Equipage du Diamond Princess « J’ai vécu l’angoisse du Diamond princess » confie-t-elle à Match. Les photos montrent les cabines du paquebot transformées en chambre d’hôpital, la cabine de la romancière américaine Gay Courter qui a profité de sa quarantaine pour écrire un livre, dans les coursives retentissent les cris d’un passager à bout de nerf, dans sa cabine une femme pleure, une autre se met à tousser.

 

« le boche est vaincu mais pas la grippe », pouvait-on entendre en 1919

Le huis clos vire au cauchemar. Un cauchemar à revivre dans Match ou a relativiser en relisant l’interview à l’Obs de l’historien de la santé Patrick Sylberman. Voilà ce qu’il dit : « Nous gardons bien ancré dans notre mémoire collective le souvenir des grandes épidémies meurtrières : les pestes du Moyen-Âge, le choléra, la grippe espagnole de 1918 et plus récemment la grippe aviaire. Ces épidémies fabriquent un mélange de terreur et de fascination qui rappelle le vertige que nous pouvons éprouver face au sacré ».

 

Réécoutez l’intégralité de la Revue de presse de David Abiker

 

Et l’Obs illustre l’interview avec une photographie prise à Paris en 1919. Deux hommes portent un masque antivirus avec une pancarte. Sur la première pancarte on peut « Le boche est vaincu mais pas la grippe » et sur la seconde « Masquez-vous les uns les autres, l’essayer c’est l’adopter ». Ou comment les virus nous rendent à la fois xénophobe et paradoxalement solidaire.

 

David Abiker

 

Retrouvez l’actualité du Classique