« Laurent Wauquiez est d’une grande hypocrisie » Thierry Solère

Ce matin à 8 h 15 sur Radio Classique

Thierry Solère, les Constructifs / député les Républicains

Invité de Renaud Blanc

« Laurent Wauquiez est d’une grande hypocrisie »

Extraits

A propos des Républicains

« J’ai une petite tristesse en pensant à Jacques Chirac, Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy… la droite française n’a pas tout bien fait depuis vingt ans, mais elle a toujours eu un comportement assez digne, notamment par rapport à l’extrême-droite. »
(…)
« Là, je vois tout partir à vau-l’eau. Je vois mon parti qui, au lendemain du premier tour de la présidentielle, n’appelle [pas] à voter Emmanuel Macron face à l’extrême-droite… »
(…)
« Je ne crois pas que [j’irai voter] à cette élection : je ne me reconnais plus du tout dans ce qu’est en train de devenir ce parti, qui n’est plus un parti de gouvernement, qui devient un petit parti à la française. . »
(…)
« Sur la base de [notre] tas de ruines électoral, on pourrait avoir un peu de dignité, un peu de modestie dans le ton. »
(…)
« Je ne suis pas un député qui appartient à un parti, j’ai été élu sans étiquette. J’ai des valeurs de droite, la droite et la gauche continuent d’exister. »
(…)
« Aujourd’hui, ceux qui ne s’intéressent qu’aux affaires partisanes ne sont pas à la hauteur de l’histoire de notre pays. Moi, je ne prépare pas 2022. Tout ce qui m’importe, c’est que, pendant ces cinq années, les mesures mises en œuvre soient bonnes pour le pays. »

A propos de la ligne défendue par Laurent Wauquiez

« Une digue existe depuis toujours entre la droite et l’extrême-droite et, le jour du bureau politique [qui suit le premier tour de la présidentielle], [Laurent Wauquiez] est là pour une seule chose : veiller à ce qu’on n’appelle pas clairement à voter Macron. »
(…)
« [Laurent Wauquiez] est d’une grande hypocrisie : quand vous cassez une digue, il ne faut pas s’étonner que les gens traversent la rivière. C’est d’ailleurs ce qui vient de se passer avec le président de Sens Commun qui appelle, au sein des Républicains, à une alliance programmatique avec Marine Le Pen. »
(…)
« Wauquiez veut être au second tour d’une présidentielle en remplaçant Marine Le Pen. Si ça devait arriver, il aura besoin du FN et ça fera donc une alliance entre la droite et l’extrême-droite… »
(…)
« La défaite, oui, mais pas la défaite et le déshonneur. »

Sur les propos de Wauquiez envers Macron : « Petit président arrogant et capricieux »

« Quand [on est] un parti de gouvernement, [on respecte] les institutions, [on essaye] de ne pas être dans [l’outrance]… C’est ce qui fait l’ADN de l’extrême-droite. »

A propos de l’action de la majorité

« Toutes les mesures mises en œuvre – qui sont celles réclamées par la droite depuis cinq ou dix ans – votons-les, sinon nous sommes des démagogues et des populistes. »
(…)
« Ce n’est pas donner un chèque en blanc à Macron : ça veut juste dire se comporter comme un parti de gouvernement et pas comme des zigotos. »
(…)
« Ce budget est le premier depuis une dizaine d’années à être un peu ambitieux, avec des réformes claires. »
(…)
« Monsieur Wauquiez – qui, ministre du Travail, n’a pas mené la réforme du Code du travail dont la France a besoin – quand cette réforme est enfin mise en œuvre devrait se taire. »
(…)
« Je n’ai pas de plan de carrière ; si je suis un jour choqué par ce que font le gouvernement et le président de la République, je le dirai. »

A propos de son intention de créer un nouveau parti

« Il y a, de toute évidence, une offre politique à [présenter aux Français]. De droite, pas de centre-droit. »
(…)
« C’est une offre politique pour gens de droite, pro-européens. »
(…)
« Il existe déjà une centaine de parlementaires de droite qui se reconnaissent dans cette logique, qui est celle de l’UDI, celle des Constructifs et qui sont horrifiés de voir ce qu’est en train de devenir la droite française : un parti ultra-populiste. »