Laure Mézan reçoit le pianiste Guillaume Vincent

Ce lundi 6 janvier à 20 heures, dans « Le Journal du Classique », Laure Mézan reçoit le pianiste Guillaume Vincent, à l’occasion de la publication de son nouvel album.

Guillaume Vincent découvre les Rhapsodies Hongroises de Liszt lors d’un voyage en Hongrie

« Sa musique m’a marqué à vie et m’a aidé à me construire » confie Guillaume Vincent à propos de Franz Liszt auquel il vient de consacrer son nouveau disque solo chez Naïve, 7 ans après le premier dédié à Rachmaninov, son autre compositeur fétiche. C’est à l’adolescence, lors d’un voyage en Hongrie, que le jeune pianiste découvre les Rhapsodies hongroises, jouées par un orchestre tzigane et se prend de passion pour Liszt dont il prolonge l’exploration de l’œuvre à travers les enregistrements de György Cziffra.

 

 

 

 

Intitulé « Black Liszt », son album réunit des pages parfois peu connues du compositeur, mettant en avant la dualité Lisztienne, sa capacité à incarner l’ange et le démon. « Je suis émerveillé par cette opposition nietzschéenne entre l’ombre et la lumière, que je tente de traduire au piano » écrit-il.

 

 

Retrouvez l’actualité du Classique