Laure Mézan reçoit le flûtiste Emmanuel Pahud

Ce mercredi 30 octobre à 20 heures, dans « Le Journal du Classique », Laure Mézan reçoit le flûtiste Emmanuel Pahud à l’occasion de la publication de son album « Dreamtime »

 

Emmanuel Pahud : « J’ai réuni des œuvres qui illustrent magnifiquement la puissance des rêves et de l’irréel »

« J’ai réuni des œuvres qui illustrent magnifiquement la puissance des rêves et de l’irréel » nous dit Emmanuel Pahud à propos de son nouvel album, sorti chez Warner. A travers un programme aux accents oniriques, associant des pages de Penderecki, Reinecke, Mozart, Busoni et Takemitsu, il nous entraîne dans un enivrant voyage, traversant les époques et nous rappelant la dimension spirituelle de son instrument.

 

Car bien des compositeurs, et de tous temps, ont fait appel à la flûte lorsqu’il s’agissait de traduire l’élévation de l’âme, comme Emmanuel Pahud l’avait déjà évoqué dans son précédent album « solo ». Ici, c’est l’état d’âme romantique qu’il a choisi de célébrer, tel qu’il transparaît dans des œuvres écrites aussi bien à l’époque classique, moderne que proprement romantique.
Et comme chez les romantiques, le rapport à la nature est essentiel. On perçoit ainsi le souffle du vent, une cascade ou le chant des oiseaux chez Takemitsu, une éclipse lunaire chez Penderecki… Et on se plonge dans le monde intérieur de l’être humain, « Wie träumend… » (comme dans un rêve), tel que le suggère Reinecke dans les premières mesures de la partition de son concerto pour flûte.

 

 

Retrouvez plus d’articles d’actualité