Laure Mézan reçoit Helga Rabl-Stadler et Markus Hinterhäuser

Ce mercredi 20 novembre à 20 heures, dans « Le Journal du Classique », Laure Mézan reçoit Helga Rabl-Stadler et Markus Hinterhäuser, la présidente et le directeur artistique du Festival de Salzbourg.

 

Festival de Salzbourg : 222 représentations, en 44 jours et dans 15 lieux différents

« Les festivals doivent ressembler à des phares illuminant la route qui nous permet de trouver notre identité, de donner un sens à notre vie mais de montrer aussi la voie qui aide de nombreux peuples à reconstruire leur identité » telle était, comme nous la rappelle Helga Rabl-Stadler, la motivation des fondateurs du festival de Salzbourg, à savoir Max Reinhardt, Hugo von Hofmannsthal et Richard Strauss, en 1920. Et cette idée fondatrice est au cœur de la programmation de la nouvelle édition du festival, qui sera donc celle du centenaire.

222 représentations, en 44 jours et dans 15 lieux différents, ponctueront cette manifestation placée sous le signe de l’opéra, du théâtre et des concerts. Mozart, l’enfant du pays et Richard Strauss l’âme du festival depuis sa création, seront tout naturellement représentés, à travers quelques ouvrages emblématiques dont « Elektra », oeuvre qui a joué un grand rôle dans la vie des trois fondateurs du festival et « Don Giovanni », premier opéra qui y fut donné, en 1922, sous la baguette de Richard Strauss.

 

A lire également

 

 

Une reflection sur l’individu et le pouvoir de la masse dans la société.

Ces deux titres s’inscrivent parfaitement dans l’esprit que Markus Hinterhäuser a voulu donner à sa programmation : une reflection sur l’individu et le pouvoir de la masse dans la société. Une démarche qui se veut politique, en résonance avec la mission initiale du festival. C’est ainsi que seront également à l’affiche « Boris Godounov » de Moussorgski, dans lequel le peuple s’exprime pour la première fois sur une scène lyrique ou « Intolleranza » de Luigi Nono, véritable manifeste en faveur de la tolérance. On attend beaucoup de la lecture de ces ouvres de metteurs en scène aussi créatifs et engagés que Krysztof Warlikowski, Romeo Castellucci ou Christof Loy ainsi que des chefs Frans Welser-Möst, Teodor Currentzis et Ingo Metzmacher.

Et pour servir cette riche programmation lyrique, quelques-unes des plus grandes voix du moment :  Anna Netrebko, Ludovic Tézier, Cécilia Bartoli, Placido Domingo… sans oublier Ausrine Stundyte qui a fait sensation en Lady Macbeth à Paris cette saison et fera ses débuts, très attendus à Salzbourg, dans le rôle-titre d’« Elektra ».

Aux 10 productions opératiques, s’ajoute une intense série de concerts mettant également en avant la notion de paix et de réconciliation. L’occasion de retrouver l’Orchestre Philharmonique de Vienne (qui est chez lui tous les étés à Salzbourg) sous la direction de Mariss Jansons, Andris Nelsons, Riccardo Muti, Christian Thielemann et Gustavo Dudamel, mais aussi l’orchestre des Champs-Elysées, le West-Eastern Divan Orchestra, l’Orchestre Philharmonique de Berlin… et des solistes aussi prestigieux que Matthias Goerne, Evgeny Kissin, Anne-Sophie Mutter et Daniil Trifonov.

La 100ème édition du festival de Salzbourg se tiendra au 18 juillet au 30 août 2020 !

 

 

Retrouvez l’actualité du Classique