Lambert du décor

En regardant le DVD des sketches de Jonathan Lambert (que je ne connaissais pas, mais dont Charlotte et Albina, créatures de rêve à Radio Classique, raffolent), j’ai beaucoup ri. Chez Ruquier, le samedi soir, dans l’émission « On n’est pas couché », il joue les anciens copains des stars. Ainsi, il a fait, devant Nana Mouskouri, comme s’il était son ancienne prof de chant (légèrement alzeimérisée). C’est vraiment tordant. Dans la vie, Jonathan Lambert n’est ni un joyeux drille égocentrique et fatiguant ni un clown triste sinistre et rasoir. C’est un jeune homme bien sous tous rapports, sympathique et sérieux. Son goût pour la musique classique est à la fois sincère et modeste. Au début, cela m’a un peu surpris qu’il me pose des questions sur les oeuvres – pourquoi l’Inachevée n’est pas achevée ! vaste programme, comme dirait l’autre –  alors qu’il est moins candide qu’il voulait bien le montrer, et puis c’était si naturel que je suis rentré dans le jeu avec plaisir.

Je ne saurais trop encourager les auditeurs à aller voir son spectacle. Les comiques sont précieux. Car les occasions de rire ne sont pas si nombreuses par les temps qui courent.

Voici son programme :

Requiem de Mozart

Mes croissants de Proust :
Les chansons de Randy Newman qu’écoutait mon père
La flûte enchantée de Mozart (j’ai joué le rôle de Papageno à l’école en spectacle de fin d’année)
La Révolution Française (Opéra rock des années 70 qu’on écoutait avec ma sœur)




La symphonie inachevée (Allegro moderato) de Schubert (Kleiber)

Mon top 10
1ère  Gnossienne de Satie (Thibaudet)


Rinaldo de Haendel par Danielle de Niese


Sarabande Haendel B.O Barry Lyndon  


trio pour piano op 100 de Schubert (4e mvt) Stern

 variations Goldberg de Bach par Glenn Gould
 
 


La passion selon Saint Mathieu de Bach (extrait)

Meurtre dans un jardin anglais


 Les B.O de Cosma (Générique l’Aile ou la Cuisse)