La soprano espagnole Montserrat Caballé est décédée

Véritable star de l’art lyrique, « La Superba » avait 85 ans

Ses sons filés sur le souffle bouleversaient les « lyricomanes » tandis que le duo détonnant qu’elle formait avec Freddie Mercury fit l’effet d’une authentique révolution dans le monde de l’opéra. Hospitalisée depuis une semaine dans sa ville natale de Barcelone, Montserrat Caballé (1933-2018) s’est éteinte samedi 6 octobre à l’âge de 85 ans.

C’est au prestigieux Conservatori de Liceu que Montserrat Caballé commence ses études musicales. Engagée dans la troupe du Stadttheater de Bâle, elle y fait des débuts professionnels formateurs, chantant trois années durant un vaste éventail de rôles dont deux allaient lui tenir particulièrement à cœur : Salomé et Mimi. Après un passage par Brême et des débuts remarqués en France, 1965 donne à sa carrière le tremplin qu’elle attendait : le succès remporté au Carnegie Hall de New York, dans une version de concert de Lucrezia Borgia en remplacement de Marilyn Horne, apporte même à Caballé une consécration internationale. En vertu d’un souffle inépuisable et d’un timbre adamantin, la soprano catalane excelle singulièrement dans le répertoire du Bel Canto, enrichissant son tableau de chasse des plus grands rôles sortis de la plume de Rossini, Bellini et Donizetti.

Contrairement à une Maria Callas dont l’art de tragédienne aurait suffit à faire d’elle une actrice accomplie, Caballé a toujours reconnu ses limites en scène. Mais le disque s’est aussitôt fait le témoin fidèle de sa voix – il est vrai particulièrement phonogénique ! Parmi une série d’enregistrements majeurs réalisés dans les années 70, citons les premières intégrales studio d’Il Pirata et de Giovanna d’Arco, ainsi que Don Carlo (avec Carlo Maria Giulini/EMI) et une Turandot d’anthologie (avec Zubin Mehta/Decca).

Sa Norma donnée aux Chorégies d’Orange en 1974 est entrée dans la légende – le redoutable mistral qui soufflait ce soir-là conférant à son incarnation de la prêtresse gauloise une aura mythique – au même titre que ses incursions remarquées dans la musique pop. Faisant fi des frontières entre les genres, Caballé enregistre un album (vendu à des millions d’exemplaires) avec le chanteur du groupe Queen Freddie Mercury dont une chanson, « Barcelona », fut choisie comme hymne des Jeux Olympiques de Barcelone en 1992.

Les mélomanes parisiens ont eu récemment l’occasion d’applaudir la diva en 2015 lors d’une master class donnée à La Philharmonie. Ce fut l’une de ses dernières apparitions publiques.

Radio Classique lui a rendu aussitôt hommage samedi dans l’émission d’Eric Taver de 14 à 17h et reviendra toute cette semaine sur sa formidable carrière, notamment dans « Le Jardin d’Eve » dès lundi.