La saine rigueur d’Aldo Naouri

 Olivier Bellamy et Aldo Naouri sur Radio Classique

Les propos d’Aldo Naouri dérangent souvent. A l’instar d’un Eric Zemmour, il dit ce qu’on n’a pas envie d’entendre, il met les pieds dans le plat. Les idéologues modernes préfèrent voir en eux des fascistes plutôt que de remettre en cause leurs propres certitudes. Or ces certitudes changent tous les dix ans et sont assénées avec la même arrogance péremptoire. Et comme la « foule sentimentale » est amnésique, elle se laisse aller à la loi du nombre et suit docilement les plus nombreux. Et voilà pourquoi votre fille est muette et vos fils deviennent des sauvageons…

Avec le ton matois d’un papier-gâteau, Aldo Naouri ne cède aucun pouce de terrain à ce qu’il appelle ses « fondamentaux » de l’éducation. Amour et respect sont à la clé à condition d’éviter les pièges de la modernité. Ah, s’il avait été le papa des Bleus, la face du Mondial en aurait été changée !

Voici son programme :

Un morceau de musique classique qu’il aime par-dessus tout.

? SONATA FOR ARPEGIONE (ROSTROPOVITCH- BRITTEN)

À MON ÂGE LES MADELEINES NE REMONTENT PAS NÉCESSAIREMENT À L’ENFANCE.

J’ÉVOQUERAIS VOLONTIERS DES SOUVENIRS DE JEUNESSE, DANS L’ORDRE :

CONCERTO POUR PIANO ET TROMPETTE DE D. CHOSTAKOVITCH (1ER MOUVEMENT)

FLAMENCO SKETCHES, 1ERE PLAGE DE KIND OF BLUES (MILES DAVIS)

GÉNÉRAL À VENDRE (LES FRÈRES JACQUES )

      – 6 à 7 morceaux de musique classique.

RAMEAU : LA SUITE EN SOL – LES SAUVAGES (INDES GALANTES) PAR MARCELLE

MEYER

SCHUMANN : CONCERTO EN LA ,PAR CLARA HASKIL

BEETHOVEN CELLO SONATA N°3_ IN A2 – SCHERZO (ROSTROPOVITCH- RICHTER)

VIVALDI : CONCERTO GROSSO N° 8 IN A MINOR (ALLEGRO) PAR IGOR ET DAVID

OISTRAKH

TAN DUN, YOUNG HUAN, LIN QUANG : SEQUENCY DEPARTING IN BITTER LOVE (1998)

FOR PEONY PAVILLON

RUY GUERRA-FRANCIS HIMES : MINHA PAR LAURENT NAOURI ET MANUEL ROCHEMAN)

(IN ROUND ABOUT BILL)

MOZART : ACH, ICH FÜHL’S PAR NATALIE DESSAY (MOZART HÉROINES, DIRECTION

LOUIS LANGRÉE)