La riche existence de Pierre Grimblat

 pierregrimblat_small.jpg

1. Nous n’avons pas pu entendre la moitié du programme de Pierre Grimblat. Ce scénariste, réalisateur ou producteur de plus de cinq cents films ou séries télévisées a eu une vie très riche. Comment l’interrompre quand il raconte si bien son enfance et son adolescence pendant la guerre, avec un luxe de détails inouï, des digressions permanentes, et des effets oratoires savamment dosés ? Quand on pense que le créateur de la série Navarro sur TF1 a été le porteur de café d’Arturo Toscanini ! C’est fou. L’homme est à la fois très sympathique et en soif permanente du regard de l’autre. Lorsque je me suis levé pour aller lui chercher un verre d’eau, pendant une interruption publicitaire, il m’a lancé mi-suppliant mi-rieur : « Ne me laissez pas ! J’ai horreur de rester seul ! » Un drôle de personnage. Très doué pour faire son auto-promotion, avide de compliments sur son livre, et touchant par son mélange de sincérité et de roublardise. Il m’a fait penser à Ivry Gitlis par son égocentrisme incroyable et sa générosité dans les mêmes proportions. Avec lui, pas de demi-mesure, soit on l’écoute fasciné, soit on est agacé. J’espère que le premier groupe était supérieur en nombre que le second.
2. Petite rectification, après vérification, Samson François n’est pas mort d’une cirrhose, comme l’a prétendu Pierre Grimblat, mais d’une crise cardiaque. Cela dit, il ne carburait pas au jus de pommes, mais le whisky avait sa préférence sur le vin rouge. Et il semble qu’il connaissait Serge Gainsbourg avant sa rencontre avec notre invité. Et la Suite Bergamasque ne faisait pas partie de ses derniers enregistrements, mais bien les Etudes, qu’il n’a pu mener à bout… A ce propos, le récent coffret EMI indique une étrange date d’enregistrement pour ces Etudes : 23 octobre 1970, alors que le grand pianiste français est mort le 22 octobre. Voilà qui aurait ravi notre Samson, grand fabulateur, lui-même, devant l’Eternel.
Voici son programme :

Oscar Levant, Rhapsody in blue (entrée des cordes)
Madeleines
Charles Trenet, En quittant la ville, j’entends
Django Reinhardt, Swing 42
George Milton, T?en fais pas bouboule
Musique classique
Tchaïkovski Piano concerto n° 1 (Claudio Abbado / Martha Argerich)
1ere Partie: Allegro non troppo e molto maestoso
Peter Grimes de Britten (version Jon Vickers)
Le début
Claude Bolling
Las prangen die Blumen au chant Regine Crespin
B.O du film de P.Grimblat « Dites le avec des fleurs ».
Glenn Gould
Variations Goldberg BVW 988, Bach
Variation I , II et III
George Shearing
It never entered my mind (Eric Satie)
Jordi Savall, BO de Tous les matins du monde de Alain Corneau
Sainte Colombe, Le retour
Mélodies d’amour
W.A. Mozart
Petite musique de nuit, 2eme mouvement
Nino Rota
8 1/2 (BO du film de F. Fellini / N° 10 du CD)
Frank Sinatra (Compilation Sinatra : Romance CD 2 / N°8)
Call me irresponsible