La Revue de Presse du jour – 29/01/2019

‌La revue de presse… A fond la caisse !…

Vroum…
80… 85… 90 ! Enfin, l’extase !
Objectif 90 kilomètres heure pour les adversaires d’une limitation qui a toujours autant de mal à passer malgré les bons résultats en matière de mortalité routière…
Moins de morts mais toujours du débat, s’étonne Le Télégramme.
Un paradoxe également souligné par La Voix du Nord (La Voix du Nord qui s’inquiète de la baisse de la desserte des TGV dans la région, Lille et Arras exceptées) mais c’est une autre histoire…
Dans le journal de Lille donc, on lit aussi que « les choses auraient pu être simples… De bons chiffres après quelques mois d’expérimentation d’une mesure impopulaire, et tout le monde tombe d’accord… »

Mais non ! Les opposants aux 80 kilomètres/heure ne désarment pas…

Ils contestent les bons chiffres, pourtant, avance Jean-Francis Pécresse dans Les Echos : la sécurité routière est hélas ou heureusement une science exacte : la vitesse est bien le facteur principal de plus d’un accident sur trois…
Les chiffres dévoilés hier par le premier ministre auraient dû clore le débat « en temps normal », soulignent Les Dernières nouvelles d’Alsace.
Nous ne sommes pas « en temps normal »… Nice-Matin choisit de donner la parole à des « miraculés » de la route : pour eux, un rétropédalage serait insupportable…
Une voix s’élève plus que d’autres, celle de quelqu’un présent dans ce studio…

Laurent Joffrin, qui va débattre dans un instant avec Philippe Tesson…

On a déjà lu un ou deux éditos hostiles aux dérives de certains gilets jaunes dans Libération, mais celui du jour est titré « Insurrection démagogique »…
La pression des gilets jaunes sur les 80 km/heure est qualifiée d’archaïque, d’absurde et de… criminelle !
Manchette : ralentir ou mourir, il faut choisir…
Au passage, il est souligné que le saccage des radars, détruits à 60% voire 90% dans certains départements, « coûte » aussi des vies : environ 30 morts par mois…
Alors, stop ou encore ? demandent Paris-Normandie et Le Midi Libre…
Et maintenant, on fait quoi ? Sud Ouest.
Vers un 80 kilomètres heure à la carte ? s’interroge La Dépêche du Midi. Notons que dans tous les journaux régionaux, les élus locaux demandent à reprendre la main…
La palme de l’impudence ou de l’imprudence revient au Courrier Picard avec cette Une : « La nouvelle terreur des automobilistes » sur une photo d’un radar dernier cri, dit tourelle (il ressemble à une petite tour) qui va être testé dans la région…
La terreur des automobilistes et des motards, nous rappellent les témoins de Nice-Matin, sont les chauffards…

Le sujet est politique, puisqu’il met aux prises Edouard Philippe et Emmanuel Macron…

Du tirage entre les deux têtes de l’exécutif ? demande Le Parisien.
Les 80 km/h sont un sujet de discorde, avancent Le Figaro et Sud-Ouest. Dans ce dernier journal, Bruno Dive va jusqu’à avancer que le tandem de l’exécutif ne roule pas à la même vitesse (sur ce sujet et d’autres réponses aux gilets jaunes), et que la sortie de route (du premier ministre) n’est pas loin…
A propos du mouvement des gilets jaunes, cette information à la Une du Progrès de Lyon : la région Auvergne Rhône Alpes débloque 8 millions d’euros pour aider les commerces en souffrance et les entreprises fragilisées…
La région est présidée par Laurent Wauquiez qui avait enfilé un gilet jaune…
Laurent Waquiez s’exprime, comme président de LR, dans Le Figaro pour mettre en piste le trio qu’il a choisi pour les européennes, avec comme tête d’affiche le philosophe François-Xavier Bellamy, qui représente « la droite des valeurs »…
Le pari Bellamy, titre L’Opinion. Un choix risquée.
Dessin de Kak… Laurent Wauquiez s’adresse au philosophe :
-Tu seras tête de liste et après, tu connais le principe, on alterne : homme, femme…
-Oui, répond Bellamy : un papa, une maman, un papa…
Encadré de L’Opinion sur « le veilleur de nuit désormais en plein jour » mais qui a son public : « nombre de paroisses et de diocèses le convient. Pour autant, il récuse régulièrement l’étiquette de conservateur »…

La Croix souligne son « ambiguïté »…

Oui… Mais sur la question européenne, pas celle des valeurs… Les convictions européennes de François-Xavier Bellamy sont ambiguës, il a dénoncé l’idée d’une souveraineté européenne, qui est une déjà une réalité de l’union, avance La Croix.
Le Brexit à la Une de La Croix. Le stress des entreprises, des deux côtés de la Manche.
Alors qu’un nouveau vote des députés se déroulera ce soir à la Chambre des Communes, la reine Elisabeth II met les pieds dans le plat du Brexit, explique Le Monde.
La souveraine a prononcé une de ces phrases chantournées dont elle a le secret et qui derrière l’apparence du parfait lieu commun contient en réalité une message politique codé…

Décodons !

Devant un vénérable club de femmes, Elisabeth qui va fêter ses 93 ans en avril, a asséné: « Dans notre recherche de nouvelles réponses en ces temps modernes, je préfère pour ma part les recettes éprouvées, comme se parler avec respect et respecter les différents points de vue, se rassembler pour chercher un terraine d’entente et ne jamais oublier de prendre du recul… »
« Pour moi, ces approches sont intemporelles, et je les recommande à tout le monde »…
Aussitôt sa petite phrase a été interprétée comme un appel au compromis…
Voire comme un coup de pouce à Teresa May…
Imaginons : la queen aidant la Grande Bretagne à sortir de l’impasse… Même si le fait qu’elle pèse sur la politique de son pays est irrecevable pour l’immense majorité des Britanniques, on dirait God save…
Un chroniqueur du Times a ironisé : peut être est-il temps de revenir à la Monarchie absolue… même si la reine est déjà assez occupée à cacher les clés de sa voiture au prince Philipp…

 

Michel Grossiord