La Revue de Presse du jour – 28/02/2019

La revue de presse… avec un marronnier !

« Luchini se lâche »… C’est le titre fétiche de la presse à chaque interview de Fabrice Luchini…
Il se lâche sur la droite, il se lâche sur la gauche… Variante : Luchini en roue libre… Des années que le comédien se lâche à chacune de ses interviews… Cette semaine promesse de en couverture de L’Obs(que Luchini partage avec Salvini le poison populiste) : Luchini se lâche !
Bah, pas tant que ça… Difficile de toujours entretenir son image (il la revendique lui-même) de férocité, d’ironie et de pessimisme… « Je me méfie de ceux qui sont toujours du côté du bien. J’assume ma mesquinerie »…

Une info : il n’ira pas à l’Académie française…

« Je ne me présenterai pas à l’Académie… Je respecte l’institution, mais elle n’est pas pour moi »…
Peut-être que Fabrice Luchini renonce à « tenter » de se faire élire à l’Académie française, comme il l’avait annoncé au Figaro magazine en octobre dernier…
Dommage car l’amoureux des mots aurait sans doute enrichi le débat sur la féminisation de la langue… Un rapport est soumis aujourd’hui sur le sujet : l’Académie devrait prendre acte de l’emploi de nombreux titres désormais conjugués au féminin…
Auteure, professeure, écrivaine… L’institution n’a pas vocation à faire la révolution, rappelle Le Figaro, mais l’académicienne Dominique Bona de s’interroger : « Pourquoi une femme ne pourrait pas devenir sapeuse-pompière ? Pourquoi faudrait-il toujours exercer nos métiers au masculin ? »
Sapeuse-pompière… Imaginez le mot dans la bouche de Luchini…

En tout cas, la France est la championne du monde de l’égalité homme-femme…

En termes de droits, les Françaises sont les égales des hommes. Satisfecit adressé hier par la Banque mondiale, dont se font l’écho Le Figaro économie et Le Monde… Bien sûr, cela ne signifie pas que la France affiche une égalité parfaite dans la réalité des conditions de vie (les salaires notamment )… Mais l’égalité des droits constitue une étape préalable essentielle…
Emancipation économique. L’émancipation politique reste récente, puisque dans l’article sur la féminisation du langage est rappelé (vous l’avez noté Guillaume) que jusqu’au début des années 60, les femmes devaient demander l’autorisation de leur mari pour travailler !
C’est une loi du 13 juillet 1965 qui permit aux femmes de signer un contrat sans leur époux, ce qui changea leur situation !

La France fait face en 2019 à d’autres bouleversements…

« Le grand bouleversement », titre Le Point qui puise dans l’enquête du sondeur de l’Ifop Jérôme Fourquet sur les nouvelles fractures françaises… Une société désormais en millefeuilles… « L’archipellisation est à l’œuvre », dit-il…
Et Le Point d’afficher en couverture :
-18% de prénoms arabo-musulmans parmi les nouveaux nés…
Jérôme Fourquet, qui n’est pas à ranger parmi les polémistes, ne s’est fixé aucun interdit, et aboutit donc à cette conclusion…
Le sentiment d’affirmation identitaire se développe (même s’il n’y a pas une population arabo-musulmane monolithique, précise l’auteur).
Il ajoute : Peut-être sommes-nous dans un processus semblable à celui des prénoms anglo-saxons Kevin, Dylan ou Cindy qui consiste à dire : puisqu’on nous exclut, retournons le stigmate et donnons à dessein ces prénoms-là… On retrouve beaucoup de prénoms de type Kevin ou Jordan dans les rangs frontistes comme dans le mouvement des gilets jaunes…

Oh, Marie !… Existe-t-il encore des Marie ?

C’est une proportion résiduelle. Le prénom Marie est tombé pour les nouvelles naissances à moins de 1%…
L’actualité en lien avec la religion catholique reste dominée par le dossier des abus sexuels…
A la Une de Libération, cet appel qui nous fait aller directement pages 12-13 : « Les soirées pince-fesses d’un nonce »…
Gros titre de la double page : « Ce n’est pas la main de Satan qui m’a touché les fesses ! »
Trois hommes désormais accusent l’ambassadeur du Vatican en France d’agressions sexuelles, et demandent la levée de l’immunité diplomatique dont bénéficie monseigneur Luigi Ventura…
Ils racontent à Libération ce qui ressemble à des pratiques bien rodées…
Le journal de se féliciter que « la parole continue à se libérer » au sujet de cette répétition des gestes de la part du nonce qui ne bénéficie pas de la charité chrétienne : peut-être que ces choses-là peuvent se régler entre adultes mâles, surtout quand les fesses sont celles d’hommes de 26, 35 et 39 ans… et la main baladeuse celle d’un homme de 74 ans qui s’est abandonné à ces gestes déplacés en public… Et qui, nous apprend le journal, a été opéré d’une tumeur au cerveau en 2016… « De quoi nourrir la thèse de troubles psychiatriques, mais (écrit Libération) c’est une opération déminage »,

Une question pour conclure…

Dans La Croix : Faut-il noter les journalistes ?
Question apparue lors d’un débat citoyen sur les médias à Montrouge.
Un débat au cours duquel, je lis, est apparue « une demande forte de régulation de l’activité des journalistes »… « Faudrait-il aller au bout de cette attente et les noter ? »
Merci confrères… On dénonce la subjectivité des journalistes, que dire de celle des lecteurs ?
Nous noter, messieurs ?
On pourrait s’arrêter aux insultes sur les réseaux sociaux… (Retrouvez -moi sur Twitter)

 

Michel Grossiord