La Revue de Presse du jour – 24/10/2018

La revue de presse… On n’a pas envie de rire avec l’affaire Khashoggi… Et pourtant !

Et pourtant, face à ce scénario sordide qui s’éclaire chaque jour un peu plus, Le Canard Enchaîné nous arrache un rire avec sa manchette : Après l’assassinat du journaliste saoudien, Riyad multiplie les versions : Une défense en dents de scie !
Aux Etats-Unis, une nouvelle signification a été donnée à MBS, Mohammed Ben Salman…
MBS, comme Mohammed Bone Saw… Scie à os…
Des rires jaunes sont provoqués par ailleurs par l’offensive du président turc, le sultan contre le prince, comme titre Libération… Le prince saoudien à la merci du sultan Erdogan qui fait coup double : il remet la Turquie au centre du jeu, et il se fait le défenseur des journalistes opprimés, lui qui enferme à tour de bras les représentants des médias…
Le crime saoudien permet à Erdogan de faire preuve de bonne conduite, observe La République des Pyrénées, alors que L’Express dénonce à la Une MBS, « le tyran d’Arabie saoudite qui a dupé l’Occident » : faux moderne, vrai bourreau ; le berceau de l’islam radical ; les risques d’embrasement…

Des risques qui ne sont pas que diplomatiques…

Les tensions géopolitiques multiples rattrapent les marchés, soulignent Les Echos qui expliquent la chute spectaculaire de la Bourse.
Les investisseurs semblent de plus en plus perceptibles aux tensions avec l’Arabie saoudite, entre la Chine et les Etats-Unis, au sein de l’Europe (Brexit, Budget italien retoqué)

Dans ce contexte, marqué aussi par les craintes sur la croissance, les petites querelles politiques semblent dérisoires…

Mais pas pour certains de leurs acteurs !
Ségolène Royal, la « madone » dit Le Parisien, prépare t-elle sa revanche ?
Sa revanche pour ne pas avoir été invitée à rejoindre le gouvernement ? Emmanuel Macron a rejeté l’hypothèse en disant en substance : « elle va me pourrir la vie ».
Ingérable, incontrôlable !
Sa revanche passera t-elle par une candidature aux Européennes, avec sa propre liste ? Elle réfléchit mais avec cette curieuse limite : « Je ne veux pas devenir députée européenne de base… »
De base et madone, ça ne matche pas…

Le match de la dernière présidentielle se poursuit dans le camp Fillon !

Ca défouraille, ou comme l’écrit Le Figaro : Un fillonniste juge sévèrement Fillon…
Il s’agit de l’ex député- maire LR d’Orléans Serge Grouard qui revient dans un livre à charge sur la campagne présidentielle qui a tourné au fiasco… Il affirme que François Fillon n’a écrit que quelques lignes du livre « Vaincre le totalitarisme islamique » qui fut un grand succès en librairie…
Serge Grouard raconte être l’auteur de l’ouvrage alors que l’ancien candidat assure avoir lui-même pris la plume…

Il est question de la vertu ce matin… et c’est… Jean-Luc Mélenchon qui en parle !

Propos canon : « La vertu est un mot ‘obus’ », déclare le leader de la France insoumise… Entretien croisé avec le philosophe Marcel Gauchet sur Robespierre dans Philosophie magazine, entretien réalisé avant l’irruption de l’affaire des comptes de campagne…
Jean-Luc Mélenchon d’expliquer (calmement) que la notion de vertu est un autre écho de Robespierre chez les Insoumis. « J’ai d’ailleurs écrit un livre ‘De la vertu’, non pas en réaction à l’affaire Fillon, mais parce que c’est essentiel de comprendre ce point : si tu es vertueux, la vertu est possible »…

Parlons maintenant d’un film encensé par toute la critique, un film qui n’est pas un brûlot comique mais qui déboussole les valeurs dominantes de l’époque…

Le Grand bain, de Gilles Lellouche… Le ballet aquatique des bras cassés (une belle gallerie de personnages masculins, quinquas ventripotents et largués qui se serrent les coudes en slip de bain qui se lancent le défi de gagner un concours de natation synchronisé … Le charme du film tient aussi dans le pathétique de nos corps flasques’, souligne Mathieu Amalric dans Le Parisien)…
Une comédie au charme subversif, pour Libération qui fait son méa culpa : on a trop vite caricaturé Gilles Lellouche en bourrin à Ray Ban. Sorry !
Tu parles, je me souviens que lors de la présentation (très applaudie) du film à Cannes, Libération avait écrit que Gilles Lellouche « avec sa tête d’assiette creuse constituait une raison solide pour ne pas aller voir un film »…
Aujourd’hui Libé s’emballe (Le Grand bain, un cri du chlore), comme Les Echos (slip, slip, slip, hourra !), comme Le Figaro (A l’eau, maman, bobo), comme Le Monde qui voit dans le film une flèche adressé aux winners et aux valeurs dominantes de l’époque, la réussite, l’esprit start up, la beauté, la jeunesse, la compétitivité, l’égoïsme et l’égotisme généralisé…

Enfin, une drôle d’info à la Une de Ouest-France…

On approche de la Toussaint, premier article en rapport : Une tombe à monter soi-même…
L’idée d’une start up : assembler soi -même son monument funéraire (livré en kit, sur palette) au cimetière…
Le colis fait 80 kg, mais il y a une notice de montage (et les vis de fixation).
« Les gens sont capables de monter une cuisine, pourquoi pas un monument funéraire ? » lance l’innovateur…
Chez Casto, y tout ce qui faut, outils et beaux tombeaux…

 

Michel Grossiord