La Revue de Presse du jour – 23/11/2018

La revue de presse… La politique en désespère plus d’un, mais la politique suscite toujours vocation et créativité…

On connait les 24 heures du Mans, 24 heures de la vie d’une femme… Voici les 24 heures de Cédric Villani…
Le mathématicien, député La République en marche de l’Essonne, rêve de devenir maire de Paris… Il va effectuer dans une semaine son premier déplacement de terrain « officiel », nous apprend L’Opinion…
24 heures !

24 heures à labourer le terrain parisien ?
5 heures du matin : rendez-vous avec des éboueurs… Puis direction une crèche. Puis l’atelier d’un artisan, un commissariat, les urgences d’un hôpital… Ainsi de suite.
5 heures le lendemain matin, avant d’aller se coucher, l’homme à la lavallière rendra visite à un patron de bar pour parler de la pollution sonore.
Gadget ? Quelque 70 experts se seraient mis dans la plus grande discrétion au service de Cédric Villani qui est en train de devenir le candidat de tous ceux qui ne veulent pas de Benjamin Griveaux, selon L’Opinion.

Paris, la ville des bobos écolos… que l’on oppose souvent en ce moment au reste de la France…

Paris, les grandes métropoles… face au peuple qui roule au diesel et fume des clopes, selon une citation rapportée par Le Journal du dimanche.
Les gilets jaunes, c’est la revanche de ceux que l’on a traité de beaufs et de ringards, ignorés depuis des années au profit des catégories sociales branchées et des gagnants de la mondialisation, avance dans Le Figaro le sociologue Jean-Pierre Le Goff…
La considération, c’est ce qui manque le plus à cette France, confirme L’Union. « Il suffit de tendre l’oreille »…
Moins de mépris pour ces Français dont la vie coûte plus cher en fatigue qu’elle ne rapporte en salaire, demande La Croix qui titre « Une révolte qui vient de loin »

Un observateur juge néanmoins qu’il serait trop simple de résumer la situation à une opposition entre une France rurale et une France urbaine…

Cet observateur, c’est… François Hollande, qui s’appuie sur ses rencontres en tête à tête depuis la sortie de son livre : entre 25.000 et 30.000 Français ! Tous les instituts de sondage à lui tout-seul… « Les difficultés de transports, la cherté de la vie, le sentiment d’abandon, cela concerne également les villes et les métropoles », avance l’ancien président de la République, à la Une ce matin du Bien Public : Il revient ! (à Dijon)
Les Echos s’amusent ce matin de la saga Hollande qui veut jouer les prolongations alors que la saga Noah clôt un chapitre ce week-end à Lille avec la dernière Coupe Davis telle qu’on la connaît. Les Echos de reprendre la formule d’un ex-éléphant du PS: « François Hollande veut empêcher un second quinquennat d’Emmanuel Macron. Ségolène Royal veut empêcher un retour de François Hollande ». Feydeau pas mort.

Les gilets jaunes sont de plus en plus soutenus par les Français…

Le soutien s’accroît, 3 points de plus que la semaine passée. 77% des Français trouvent toujours le mouvement justifié, souligne Le Figaro.
A rebours de l’empathie et de la bienveillance, certains commentaires ne prennent pas de gants pour évoquer une autre vision du « peuple rêvé», « mythifié à gauche par deux siècles d’histoire révolutionnaire »…
On aimerait qu’il reste poli, discret, pacifique et sans bavure, écrit Valérie Toranian dans La Revue des deux mondes. On redoute les braillards, les ploucs, les mal-élevés, les violents. Indéniablement, ils sont aussi au rendez-vous.
Le souvenir de la Terreur est convoqué par Valérie Toranian, alors que Bruno Frappat évoque les jacqueries qui étaient atroces et même les femmes tondues à la Libération. L’éditorialiste de La Croix réagit à certains slogans (« Macron on aura ta peau !) : et pourquoi pas sa tête en haut d’une pique aux Tuileries ? « Toute foule est méchante quand elle se réunit contre quelque chose ou quelqu’un. Toute foule haineuse est bête et finir par devenir moche. »
Je vous avais dit qu’on sortait de la bienveillance…
Pour conclure sur une note positive. Puisqu’il est question au fond des fractures françaises, saluons les orchestres…
« Comment les orchestres dynamisent les territoires ».
Les Echos saluent la 10ème édition de l’événement Orchestres en fête. Une vingtaine d’ensembles souvent attachés à des opéras (Limoges, Montpellier, Rouen, Toulon) ouvrent leurs portes pour des concerts, des ateliers participatifs, des jeux…
Tout au long de l’année, l’Orchestre de Lille diffuse près d’un tiers de ses spectacles dans toute la région des Hauts de France…
Quand la musique touche une diversité de publics, de territoires…

 

Michel Grossiord