La Revue de Presse du jour – 19/11/2018

La revue de presse… avec cette question qui revient : « ça va durer ou pas ? »

Personne n’est sûr de la réponse : jusqu’où ira la fièvre jaune en Anjou, se demande Le Courrier de L’Ouest…
La question vaut pour toutes les régions, toute la France…
La détermination des manifestants fait dire au Progrès de Lyon ou à la République des Pyrénées que ça va durer…
En tout cas, une chose est sûre : ce qui va durer c’est la « trajectoire » de la hausse des taxes sur le diesel qui vont grimper de 30 centimes sur le quinquennat, rappellent Les Echos (et d’environ 16 centimes pour le litre d’essence)…

A ce rythme, les gilets jaunes ne sont pas près d’être rangés…

Le plus efficace pour éteindre l’incendie, suggère Le Monde, serait d’étaler dans le temps la montée en puissance de la fiscalité carbone…
Mais Emmanuel Macron est « obligé de tenir », pour L’Opinion. Il refuse de ressembler à ses prédécesseurs…
Un ministre se rassure : « Je suis certain qu’au bout du bout, les Français préfèreront un président courageux qui a des convictions et qui avance, à un président qui varie au premier coup de vent »…

Il y a aussi un calcul politique…

Là, c’est un ancien ministre socialiste qui glisse que le Chef de l’Etat, d’un point de vue un peu cynique, n’a aucun intérêt à céder aux Gilets jaunes, car son socle électoral, plutôt urbain et sensible à la cause écologiste, ne comprendrait pas… Emmanuel Macron craint le vote écologiste aux européennes et préfère donc flirter avec l’électorat écolo plutôt qu’avec l’électorat Rassemblement national… »
Mais le risque, souligne Le Monde, est que la colère qui a explosé samedi serve de carburant aux extrêmes… conduisant au populisme…
Populisme : le mot est lâché…

Il est accolé aux médias pour leur couverture de l’événement…

« Les médias encouragent-ils le populisme violent ? » interroge Eric Le Boucher dans L’Opinion. Oui car d’abord l’ampleur de la manifestation a été « exagérée » par les chaînes d’info et les radios, selon lui, dans une démarche qui consiste à se faire les porte-voix des émotions brutes et brutales, quitte à les amplifier voire les provoquer. « Un esprit de responsabilité s’impose avec un recentrage vers la neutralité », écrit-il…
Exagérée, l’ampleur des manifestations de samedi ? Ce n’est pas l’avis de la majorité des journaux, Le Télégramme a trouvé la mobilisation « spectaculaire ».
Attention donc aux mots que certains jugent réducteurs, « poujadiste », « populiste » (Libération voit le danger populiste derrière le ras le bol social…) Mais Le Figaro rappelle dans son éditorial le mot d’Hubert Védrine : « Le populisme, c’est la mesure de l’échec des élites »…
Pour Jean Viard, il n’y a pas de poujadisme non plus, on a assisté à l’expression d’une exaspération mais aussi d’une souffrance, celle d’une France rurale et périurbaine, « dont le cri n’a pas fini de résonner, écrit le sociologue dans La Croix. La Croix dont l’édito commence par ces lignes : « Mourir pour un bidon d’essence trop cher… Le décès tragique et absurde d’une manifestante en Savoie, dès le début du mouvement des gilets jaunes, aurait dû jouer le rôle d’un électrochoc. Pousser l’ensemble du pays, les pour et les contre, les jaunes et les autres, à s’arrêter, prendre le temps de la discussion, voire de l’introspection. Il n’en a rien été, au contraire. »

Cette mort en Savoie est celle d’une femme de 63 ans qui manifestait pour la première fois…

Le drame semble résulter d’une panique à un barrage… Au même moment, à des kilomètres de là, dans le Vaucluse, Alexandrine, la fille de Chantal M (la femme tuée en Savoie) manifestait elle-aussi… Elle apprend la nouvelle sur BFM-TV…
Elle compose le numéro de sa mère, et tombe sur un gendarme. Pour autant, Alexandrine a continué d’occuper son rond-point, et a répondu aux micros qui se tendaient… Gros malaise.

D’autres sujets à la Une ?

Le futur service national universel pour les garçons et les filles de16 ans. Contours dévoilés dans Le Parisien… Phase de test avec des volontaires dès juin.
Jeunesse encore, mais étrangère : Le Figaro, Les Echos expliquent que le gouvernement veut renforcer l’attractivité de la France en augmentant les frais d’inscription pour les étudiants étrangers…
Ca semble surprenant…
N’est ce pas contre-productif ? La licence passerait de 170 à 3.400 euros…
Mais c’est comme pour les carburants, la hausse des frais d’inscription devrait être compensée par celle des bourses. Et, la quasi gratuité actuelle n’enverrait pas un signal qualitatif…

 

Michel Grossiord