La Revue de Presse du jour – 18/12/2018

La revue de presse avec d’abord un double hommage à deux grandes plumes de la presse…

Les journalistes sont dans le viseur… D’une partie des gilets jaunes (il y a eu beaucoup d’agressions de reporters), d’une partie des politiques qui ne sont plus les seuls à être dépeints comme une élite déconnectée…
Les journalistes sont aussi dans le viseur d’un grand nombre de régimes sur la planète (il suffit de se reporter à la grande carte de la liberté de la presse dans le monde publiée dans le dernier numéro de l’hebdomadaire Le 1 (numéro double spécial Médias)
Donc sale temps pour une profession qui vient de perdre deux de ses grandes plumes. Deux journalistes sportifs, Jean Cormier, grand reporter au Parisien, tonitruante et chaleureuse figure de l’Ovalie… Et Jacques Verdier, grand nom de Midi Olympique…

Et c’est un peu de l’âme du rugby qui s’éteint avec ces deux monuments de la presse sportive…

C’est ce qui dit L’Equipe, qui consacre une page d’hommage à Jean Cormier, figure que Le Parisien associe à l’atmosphère fraternelle et joyeuse qui régnait autour du ballon ovale de l’avant-professionnalisme,
On pourrait en dire autant de Jacques Verdier, autre grand nom du rugby, dont l’ultime chronique dans Le Midi olympique est titré Parole de père. Il raconte son soulagement le jour où son fils décida à 19 ans, la mort dans l’âme, d’arrêter de jouer au rugby après une grave blessure… Jacques Verdier redoutait un drame que celui qui vient de coûter la vie à Nicolas Chauvin, le joueur du Stade français (fracture cervicale) qui sera enterré demain…

Une disparition tragique qui fait s’interroger même les plus passionnés…

Qu’est devenu le rugby, écrit Jacques Verdier dans sa dernière chronique envoyé eu Midi Olympique : Sur fond de primat économique (il n’est plus question que de revenus, de bénéfices, de transferts mirifiques), dans une quête sauvage et éperdue d’un toujours plus délétère, on a fabriqué des monstres bodybuildés dont le dessein premier est de « casser la ligne » et d’asséner des plaquages comme autant de coups de fusils.
Jacques Verdier ne ménageait pas non plus l’avidité d’un nouveau public soudainement rendu aux jeux du cirque. Effroyable bêtise de cette évolution loin des codes chevaleresques… Basta !

Revenons à l’actualité politique et sociale, avec des doutes et une question…

Des doutes : comment rendre concrètes et les plus immédiates possibles les mesures annoncées par Emmanuel Macron.
La question : faut-il créer un référendum citoyen ?
Les annonces du chef de l’Etat en réponse à la crise des gilets jaunes… « Il fallait un Canadair… Des réponses fortes et claires. Peu importe le chiffrage », a lancé le chef de l’Etat mardi soir devant des députés, rapporte Sud Ouest… journal qui s’interroge à la Une : Comment peut-il reprendre la main ?
En substance, selon L’Opinion, en tordant le bras à la technostructure qui l’empêche ou l’empêcherait de gouverner à sa guise…
Car un doute emplit toute la Une du Parisien : les mesures pour le pouvoir d’achat relèvent d’un casse tête kafkaïen : encore des couacs sur la prime d’activité… pourquoi les retraités devront payer… avant d’être rembourser !
Les retraités qui se retrouvent épargnés par la hausse de la CSG devront en effet payer la hausse le temps d’adapter les systèmes informatiques… Ils seront remboursés… en juillet. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?
Voilà qui gêne le premier défi présidentiel : faire face à ce qu’il a qualifié « d’état d’urgence économique et sociale »… Le deuxième défi, souligne Le Monde, est celui de l’urgence démocratique… avec la grande consultation nationale dont le menu comprendra le référendum d’initiative citoyenne…

Le fameux RIC…

Pour comprendre le RIC, dossier complet dans La Voix du Nord… journal qui s’interroge : est-ce un bon outil démocratique ou un piège populiste car le RIC serait le moyen de contester à tout moment un pouvoir sorti des urnes ? La prudence s’impose.
L’Opinion parle même du risque que le RIC devienne une arme de destruction massive du pays…
Manchette du Figaro consacrée à cette procédure démocratique mais non sans risques selon ce journal : elle demande à être sérieusement encadrée, balisée, maîtrisée pour éviter toute dérive démagogique… Des garde-fous sont nécessaires, insiste Le Figaro, si l’on ne veut pas que le peuple devienne l’esclave de ses passions.
En revanche, Les Echos soulignent comme Le Républicain lorrain que le macronisme doit répondre à cette exigence de nouvelle citoyenneté pour réconcilier les Français avec leur système politique…
D’ailleurs Les Echos ont retrouvé ce que disait Emmanuel Macron en 2016 à Strasbourg sur ce qui bloque notre société politique : « une démocratie qui manque d’adhésion… Tout est encore décidé d’en haut, par le haut, créant une frustration bien souvent légitime des acteurs de terrain »… Propos tenus par celui qui ne s’était pas encore défini comme Jupiter…

Les Echos consacrent leur Une aux difficultés de l’industrie…

Les créations de sites industriels se sont essoufflées… On lit cet article fouillé sur l’industrie et on tombe dans Le Figaro sur la nouvelle vie des friches industrielles… L’article ne concerne que l’Ile de France, mais tout l’Hexagone est concerné
Ces friches trouvent une nouvelle vie… mais pas industrielle, elles se transforment en lieux « idéalement dédiés à la culture »… à travers, écrit Claire Bommelaer, les projets d’urbanisation du Grand Paris, « et la nostalgie des Français pour une industrie en déclin mais autrefois vivante ».

 

Michel Grossiord