La Revue de Presse du jour – 15/02/2019

La revue de presse… rubrique nécrologie !

Un testament dans la presse, c’est ainsi en tout cas que Les Echos et Libération présentent les adieux d’Alain Juppé…
Ses adieux à Bordeaux, sa ville, titre Le Figaro… Mais ses adieux aussi à la vie politique…
Un « crève-cœur », a dit l’ancien premier ministre dans son discours, en dénonçant, je cite, « la montée de la violence sous toutes ses formes, verbales et physiques, le discrédit des hommes et des femmes politiques réputés ‘tous pourris’, la stigmatisation des élites dont tout pays a pourtant besoin, dans un climat général infecté par les mensonges et les haines que véhiculent les réseaux sociaux »…

Sa phrase sur « un esprit public devenu délétère » est commentée…

Elle fait mouche dans La Voix du Nord : « Il faut craindre que la déliquescence du monde politique ne finisse par dissuader ‘les meilleurs d’entre nous’ de s’engager dans l’action publique, commente Jean-Michel Bretonnier.
Le passage d’Alain Juppé sur les élites inspire Laurent Joffrin de Libération : « les élites ennemies du peuple, comme on l’entend beaucoup ? On sait ce qu’on fait habituellement des ennemis du peuple. On les fusille », écrit Joffrin qui pointe la menace d’une dictature…
Autre menace énoncée clairement : les meurtres de juifs avec « l’immonde qui gagne encore du terrain », constate Roger-Pol Droit dans Les Echos.

Les tags et les insultes sont, selon le philosophe, les prémices de meurtres…

Il rappelle les assassinats récents de femmes à Paris parce qu’elles étaient juives (Sarah Halimi en avril 2017, Mireille Knoll en mars de l’année dernière).
« La stigmatisation conduit inéluctablement à l’extermination », avertit Roger-Pol Droit : « Personne en France, en 1938, ne croyait vraiment possible ce qui s’est passé ensuite. Si l’impossible a eu lieu une fois, pourquoi pas deux ? »
Le chroniqueur des Echos emploie le futur…
« On commencera par désigner les Juifs, puis on les destituera de la fonction publique, comme le décidé le régime de Vichy. Bientôt on les expulsera, confisquera leurs biens, puis on les déportera… Sous d’autres formes peut-être. Avec les mêmes résultats, sûrement. Car rien ne saurait être exclu… »

Lignes glaçantes…

Comme sont glaçants, selon le mot de Cécile Cornudet, les testaments d’Alain Juppé et de Gérard Collomb.
Notre consoeur (ici présente) rappelle le constat dressé lors de son départ par le ministre de l’Intérieur : « La loi du plus fort -narcotrafiquants, islamistes radicaux- s’impose dans les quartiers et a pris la place de la République. »
Juppé-Collomb : deux hommes couturés livrent un regard désespéré sur l’état de la société française…

Les faits les plus récents ?

Antisémitisme. Une nouvelle inscription sur un mur du 17ème arrondissement de Paris. Mein Führer. Et une croix gammée. Photo dans Le Parisien
Violences. Nouvelle attaque contre la presse, lit-on dans Le Dauphiné libéré. Plusieurs personnes portant un gilet jaune ont pénétré dans l’agence du journal à Thonon les Bains, et aspergé une secrétaire de colle à tapisserie. Une journaliste a été bousculée. Le Dauphiné rappelle que le journal a été fondé par des résistants et connait le prix de la liberté d’expression.
Le Parisien d’oser titrer en gros sur « le ras le bol qui grandit face aux manifs du samedi »… Le Point de constater l’incroyable délitement de la société française… et de suggérer un conseil de lecture : Le « Petit manuel de survie démocratique »…

Essai publié il y a 3 ans par Alain Chouraqui, président de la Fondation du camp des Mille, ancien camp de déportation français situé à Aix en Provence…

Ce Petit manuel raconte comment on passe de la démocratie à la dictature, « lorsque la minorité agissante accède au pouvoir par la force ou par les urnes… » La minorité agissante « s’appuie sur la perte généralisée des repères pour attaquer et ébranler les institutions. Les crises sont devenues hors de contrôle, les désordres et les agressions se sont intensifiés, les violences et les réactions ne peuvent plus être maîtrisées… »
Pour Franz-Olivier Giesbert, la catastrophe n’est pas encore inéluctable…

La grande question est de savoir si un « grand débat » peut permettre de sortir de cette situation ?..

La question est posée par la presse, alors que Le Parisien nous présente sur une double page ceux qui sont « en réserve de la politique »…
Sur « le banc de touche » de la République, des figures de l’ancien monde… le journal voit NKM… Vous vous souvenez, Nathalie Kosciusko-Morizet, très heureuse à New York… Bernard Cazeneuve, devenu avocat, mais qui a confié à des sénateurs PS son désir d’être utile… Ségolène Royal ? (avec un point d’interrogation). François Baroin, le chasseur sur son mirador… Bertrand et Pécresse. Hulot mais il est loin des hommes comme l’ours Baloo…

 

Michel Grossiord