La Revue de Presse du jour – 14/03/2019

La revue de presse… Et si le Brexit était un film ?

Deux options… Un mauvais film d’horreur (c’est comme ça que L’Union de Reims voit les choses)… Ou un Monty Python (le « crazy Brexit », dit Le Midi Libre, avec un scénario totalement fou et désopilant)
On dit que l’histoire se répète, la première fois comme une tragédie, la seconde comme une farce… Avec le total no-no, comme dit la presse britannique, les députés ont donc dit non à un accord et non à une absence d’accord…
L’humour britannique devient « très sophistiqué » pour la ministre française des Affaires européennes… alors que Le Monde parle non de cinéma mais de théâtre…

Le théâtre du parlement britannique…

Théâtre de scène burlesques à la Monty Python où le gouvernement a soudain donné la consigne de voter contre son propre texte amendé… Peine perdue : celui-ci a été adopté par une plus large majorité encore… Theresay May propose désormais au parlement de revoter (une 3ème fois) sur son projet d’accord…

On peut tirer des leçons sérieuses de ce « chaos », de cet « effondrement » comme titre la presse britannique ?

Vouloir sortir du club européen mais être incapable d’y parvenir témoigne d’un malentendu sur la notion de souveraineté, selon Le Monde. Le fiasco du Brexit n’est-il pas en train de démontrer que la souveraineté est un objectif mieux assuré au sein de l’Union européenne ?
Le Financial Times a ainsi mis en avant le poids d’un marché de 500 millions de consommateurs dans les négociations commerciales avec les Etats-Unis par exemple… Dans le monde qui s’annonce, mieux vaut être gros que petit… Où est la souveraineté d’un pays européen seul face aux géants du Net américains ou chinois ? Dans la bataille pour l’indépendance spatiale ? Dans les guerres commerciales à venir ?
Sud-Ouest met aussi en garde contre les « marchands de sornettes » qui continuent de promettre le nirvana en sortant des traités européens…

Autre sujet sur lequel des grandes déclarations publiques rattrapent leurs auteurs…

Le sujet des vaccins… « Une jeune femme meurt de la rougeole », lit-on dans Le Parisien… Premier décès cette année en France…
Pour que la maladie soit complètement éradiquée, il faudrait que le taux de vaccination monte à 95%. Hélas, observe L’Opinion, la couverture vaccinale atteint à peine 78%, ce qui n’est pas suffisant pour protéger la population…
L’Opinion de saluer le combat courageux d’Agnès Buzyn qui a étendu l’obligation vaccinale, ce qui a déjà permis de faire reculer les cas de rougeole déclarés…
Mais les anti-vaccins sont durs à convaincre, et c’est la numéro 2 de la liste Europe-Ecologie-Les verts, Michèle Rivasi qui est rattrapée par ses prises de position…
Au Point, elle dit ceci : « Je ne suis pas contre les vaccins, je suis vaccin-critique… » Elle ajoute : « Prenez l’Afrique, je ne crois pas que la vaccination soit une solution à tout… »
Le Point considère que l’élue écologiste par ses prises de position détourne le précepte de Pasteur : « Ayez le culte de l’esprit critique »…
Le Point dit cette semaine avoir retrouvé le parti socialiste !
Il semble s’être réincarné, au moins en partie, dans La République en marche… comme le montrent les idées multiples du parti macroniste pour augmenter les impôts…
« Car ce qui caractérise notre grand débat, c’est bien souvent l’obsession de voir son voisin taxé. Triste passion ».
Le Figaro (manchette « Les idées de la majorité pour taxer les ‘riches ») et Valeurs actuelles (Impôts : rendez l’argent) sont sur la même ligne…

Vous parliez d’écologie il y a un instant, elle est très présente dans les journaux…

Climat : les lycéens s’en mêlent… De La République des Pyrénées à Paris Normandie, du Dauphiné libéré à L’Echo de la Haute Vienne, échos de la grève lycéenne et étudiante demain…
A la Une aussi de L’Humanité qui élargit le combat : combat pour le climat, mais aussi contre la rentabilité et contre les actionnaires… Ce qui fait dire au ministre de l’Ecologie François de Rugy que la marche n’a pas qu’un objet écologique, mais un autre plus politique… Interview à L’Opinion dans laquelle François de Rugy précise qu’il n’a pas envie de faire comme un professeur dans un album de Tintin : se promener dans la rue, un jour où il fait très chaud, en tapant sur un gong et en disant : « C’est la fin du monde »…

La jeunesse qui tape sur le gong a pourtant bonne presse…

Dans le Libé des écrivains, Le Clézio (excusez du peu) clame son admiration pour la suédoise de 16 ans, Greta Thunberg, « elle est le visage d’une génération qui n’entend ni renoncer ni payer pour les erreurs de ses ainés »…
Le Clézio la voit comme la combattante la plus crédible du mouvement de défense de notre planète, avec la gravité de son jeune âge, avec la science instinctive de l’enfance…
L’Obs est sur la même ligne : comment les jeunes vont changer le monde… Environnement, mais aussi inégalités, démocratie…
Toute une galerie de portraits de jeunes engagés, lycéens, étudiants déjà dans l’action concrète. Au fil des pages, des doutes peuvent apparaître, un seul exemple avec Carlie Weinreb, canadienne de 11 ans : « Une fillette contre les robots »… Elle est le visage (plus que Benoit Hamon) du mouvement pour la taxation des machines… mais Calie est totalement supervisée (du moins ses interventions) par son père expert- comptables…

Autre signature dans Le Libé des écrivains ?

Annie Arneaux, habituée des pages Débats du quotidien… Elle défend le hijab de course que voulait distribuer Décathlon… Elle le défend au nom de la violence subie par les femmes qui le réclament, au nom de leur revendication visible d’une identité, au nom de la fierté des humiliés… (La France vient pourtant de recevoir un 100 sur 100 de la Banque mondiale pour l’égalité de droits entre les femmes et les hommes)
L’humiliée dont on parle aujourd’hui, c’est plutôt l’avocate iranienne Nasrin Sotoudeh, qui vient d’être condamnée à 38 ans de prison et 148 coups de fouet pour avoir défendu les femmes poursuivies par la justice de son pays pour avoir manifesté contre le voile obligatoire…
Qu’en pense Annie Erneaux, a-t-elle oublié le combat courageux des Iraniennes ou des Algériennes contre le hijab instrument d’oppression…

 

 

Michel Grossiord