La Revue de Presse du jour – 13/02/2019

La Revue de presse… On commence par un jeu de mots ?

Quel sac d’haineux !
La formule barre la Une du Canard enchaîné…
Violences tous azimuts, hausse des actes antisémites, attaques contre les élus… « Quel sac d’haineux ! »
La haine s’exprime dans notre pays, et le mot s’impose à la Une des journaux : Les Dernières nouvelles d’Alsace relaient « un cri contre la haine » (celui du consistoire israélite du Bas Rhin).
Un mot (la haine, un vent mauvais comme disent Le Midi Libre et La Provence). Un chiffre : + 74% sur toute la Une de Libération… La hausse alarmante des actes antijuifs…

Une question : Y-a-t-il un lien entre cette résurgence de la haine et le mouvement des gilets jaunes ?

Non, pour L’Humanité qui comme La Charente libre souligne que les actes contre les juifs étaient déjà en très forte augmentation sur les 9 premiers mois de 2018…
Mais oui, pour la majorité des analyses publiées par la presse : les gilets jaunes ont leur responsabilité…
A la Une de Ouest-France, l’écrivain Jean-François Bouthors écrit que l’antisémitisme est consubstantiel à la contestation telle qu’elle a pris forme, consubstantielle à une vision du collectif qui ne supporte pas la singularité d’un autre quel qu’il soit, et dont le Juif devient presque immédiatement le symbole obsédant… Infâme bourbier.

Les analyses allant dans ce sens sont nombreuses…

Une sociologue, Martine Cohen, avance dans Libération que le mouvement social, en refusant tout intermédiaire, toute médiation et au final tout esprit critique, contribue à « la dérégulation morale de la pensée et de la parole »…
Le Canard Enchaîné évoque l’anonymat des réseaux sociaux qui donne toutes les audaces à des abrutis s’en servant comme d’un dégueuloir de haine…
La haine est toujours favorisée par les crises, l’Histoire nous l’enseigne abondamment, rappelle dans Le Figaro le politologue Dominique Reynié qui rappelle l’avertissement de Frantz Fanon adressé à ses frères de couleurs : « Quand vous entendez dire du mal des Juifs, tendez l’oreille, on parle de vous »…
L’antisémitisme frappe le juif en quelque sorte sous la forme d’une répétition générale… en précurseur d’une haine généralisée…
Cet avertissement est repris par Delphine Horvilleur dans la tribune qu’elle libre au Monde…

Delphine Horvilleur, la rabbin libérale et féministe…

La libération de la parole haineuse et plus spécifiquement antisémite ne dit rien du mouvement des gilets jaunes, mais ne lui est pas non plus étrangère, écrit-elle…
Le mouvement a créé un trou, comme un appel d’air dans lequel s’engouffre les plus virulents acteurs antidémocratiques, extrémistes et antirépublicains…
Delphine Horvilleur pointe la dénonciation des « élites », la culpabilisation des « riches », le « complot » des puissants… « Il convient d’écouter quelle langue est en train de se parler ».
Dans Libération, Laurent Joffrin écrit que « l’antisémitisme souille le drapeau français d’une tache de déshonneur ». Le drapeau français, justement, il en est question dans les journaux : le drapeau français dans les classes, est-ce une bonne idée ? Débat dans Le Parisien…
On lit les réserves des enseignants et des parents dans Le Monde… « Le drapeau est un symbole peu intéressant en soi », avance la secrétaire générale du SNUIpp, majoritaire dans le second degré…
Le porte parole de la FCPE, fédération de parents d’élèves, voit « un grigri identitaire »…
Les dernières nouvelles d’Alsace voient à l’inverse les couleurs nationales comme une leçon permanente de République…
La question n’est pas tranchée, les députés doivent à nouveau se prononcer…

Comment les mormons sont remplacés à l’Elysée par le Cercle des poètes disparus…

La fuite des cerveaux, annonce L’Opinion… Les mormons (ainsi s’étaient-il appelés), qui ont fait la campagne d’Emmanuel Macron (Ismaël Emelien, après plusieurs autres… )
Sud Ouest fait un gros titre sur les liens avec l’affaire Benalla et le volet russe qui intrigue…
Exit les jeunes talents qui avaient su le faire gagner mais qui étaient peut être « trop semblables, trop confiants en eux-mêmes », avance Cécile Cornudet, ici présente…
Place au Cercle des poètes disparus. Eux aussi ont choisi de s’appeler ainsi, Edouard Philippe, François Bayrou, François Bayrou, Philippe Grangeon nouveau conseiller spécial, Jean-Paul Delevoye. Changement de génération avec ces vieux briscards qui se retrouvent généralement le soir pour profiter de l’ambiance feutrée du Palais, comme l’écrit Le Figaro.
Ah, un détail qui n’en est pas un : une raison insidieuse peut être au départ d’Ismaël Emélien, avance L’Opinion…
Ses relations glaciales avec Brigitte Macron qu’il semble avoir voulu mettre à l’ombre…
Une citation lugubre d’un vieux compagnon de route de la première dame : « Ils rêvent qu’elle meure. Pour eux, ce serait formidable, ce veuf éploré. Ils sont amoureux de lui. La nuit, ils rêvent de la faire disparaître ».
Quel sac d’haineux…

 

Michel Grossiord