La Revue de Presse du jour – 07/12/2018

La revue de presse… Un samedi très redouté…

La journée de demain est déjà peinte aux couleurs de l’Apocalypse…
La violence va-t-elle ravager Paris ? La question est posée en ces termes…
« Au gouvernement, l’alarme lourde », avance Libération, mais le scénario catastrophe, avec la venue de manifestants pour casser et tuer, n’est pas une dramatisation à outrance, pour La Voix du Nord.
Les initiateurs des gilets jaunes ne maîtrisent plus rien, d’autres ont pris le relais pour attiser le feu, écrit le journal de Lille qui critique au passage les chaînes d’info ayant largement contribué à la dérive du mouvement en offrant aux plus radicaux une tribune permanente…
(Titre en bas de page à la Une du Parisien qui annonce un samedi à très hauts risques : il y a aussi la voix de ceux qui prônent le dialogue. Des Français appellent au calme.)

Enquête de plusieurs journaux sur cette dérive violente…

Samedi, la police craint le pire avec la convergence des extrémistes de droite et de gauche, des jeunes de cités qui viendraient en quelque sorte « faire leurs courses de Noël », et des « insérés »…
Insérés : le qualificatif intrigue.
C’est le profil majoritaire chez les manifestants violents : des gilets jaunes « classiques » mus par la rage, avance Le Figaro. Des hommes de 30 à 40 ans, venant souvent de province, venus pour en découdre avec les forces de l’ordre… Ouvrier agricole, agent de sécurité, intérimaire, boucher, marin-pêcheur, menuisier…

Le Figaro insiste sur la réalité d’une menace, « au-delà des rumeurs »…

Et des rumeurs apocalyptiques, il en circule, parfois relayées dans certains articles de presse. Menaces d’embrasements… et d’assaut sur des lieux de pouvoir…
Selon les informations de L’Opinion, qui souligne que cette contestation violente vise les institutions républicaines, la police estime que les manifestants pourraient se regrouper sur une cinquantaine de points différents dans toute la capitale…
Des sources du renseignement intérieur, citées par Valeurs Actuelles, estiment à 20.000 le nombre de gilets jaunes (dont la moitié à Paris), voulant en découdre…

Les journaux qui organisent des débats entre gilets jaunes et députés constatent cette envie d’en découdre…

Le Midi Libre par exemple a mis face à face hier après-midi deux parlementaires, trois gilets jaunes, deux syndicalistes… Rencontre virile mais correcte… Mais c’est « une guerre des mondes » qui est évoquée par l’éditorial, avec l’envie de « tout renverser » chez certains… La crise n’est pas que sociale et économique, écrit Olivier Biscaye pour qui « le chef de l’Etat doit agir sans délai, et pas à coups de mesurettes. Avant la rupture qui ne serait pas simplement néfaste, mais sans retour ».

« L’engrenage », titre Libération qui tente de raisonner certains intellectuels et militants qui mettent sur le même plan la « violence du système » et la violence tout court, Le « système » en question est une démocratie, il existe d’autres moyens de se faire entendre, rappelle Laurent Joffrin qui qualifie d’irresponsables les intellectuels… largement publiés par son journal. L’un deux, ce matin, philosophe, estime ainsi que « tout gouvernement a la violence qu’il mérite… »

La violence n’est pas redoutée qu’à Paris…

Dijon craint le pire, avertit Le Bien Public… alors que beaucoup de Unes relatent le déchainement de violences ces derniers jours aux abords de lycées à travers la France.
Que peut Macron ?
Retranché dans son silence, le roi est nu, pour Le Républicain lorrain.
Il donne l’impression d’avoir perdu le cap, pour La République des Pyrénées, lui qui affirmait ne pas être fait pour diriger par temps calme…
Le Télégramme avance ceci : Macron affronte sa première véritable épreuve, ce celles dont on meurt ou qui forgent les hommes d’Etat…
Macron qui en appelle aux entreprises, comme l’indique la manchette des Echos. Les employeurs invités à verser des primes défiscalisés à leurs salariés… Matignon prêt à un geste pour les bas salaires… alors que le commerce va vivre un nouveau samedi de black out…
L’Union voit les extrêmes en embuscade, montrant à la Une Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. Le mouvement des gilets jaunes semble servir les intérêts de la France insoumise et du Rassemblement national, selon ce journal, même s’il n’y a pas d’envol des leaders des partis d’opposition, selon le baromètre Elabe pour Les Echos et Radio Classique…

Bernard Sananès, d’Elabe, était notre invité tout à l’heure…

Ce sondage satisfera Bruno Dive de Sud-Ouest qui se dit consterné par les dirigeants de l’opposition, leur refus de ne pas appeler à manifester demain, voire l’exaltation du mouvement insurrectionnel à laquelle ils se livrent…
Pour notre confrère, leur attitude restera, je cite, comme une tache indélébile dans leur petit parcours politicien…

 

Michel Grossiord