La Revue de Presse du jour – 05/04/2019

Chaque matin, Michel Grossiord décrypte l’actualité et vous partage sa Revue de Presse

La revue de presse… Cachez ce baril de pétrole que je ne saurais voir !

Honte à Total ! Total, ton argent sent le pétrole, garde le…
Anne Hidalgo ne veut pas de Total comme sponsor des Jeux olympiques de Paris en 2024…
Dans un courrier à Tony Estanguet, le président du Comité d’organisation, que révèle Le Parisien, la maire de Paris ne veut pas de Total comme partenaire des JO… Total n’est pas explicitement cité, mais c’est bien le groupe pétrolier qui est visé, avance Le Parisien…
Extrait du courrier : « Il serait très difficilement compréhensible pour nos concitoyens que soient retenus des entreprises dont l’activité aurait un lourd impact sur l’environnement en se fondant notamment sur le recours massif à des énergies carbonées »…

Pourtant, Paris 2024 doit trouver plus d’un milliard d’euros pour boucler son budget…

D’autres sponsors sentent aussi le kérosène, comme Air France qui repeint ses avions aux couleurs des JO… Faudra t-il bannir le transporteur alors que certains appellent à ne plus prendre l’avion pour sauver la planète ?
Et les athlètes du monde entier ? Seront-ils priés de venir à Paris par le train, sur le modèle de la très jeune icône suédoise pour le climat Greta Thunberg qui avait mis 32 heures pour rallier Davos…
Face au péril climatique, l’innovation s’impose plus que jamais… Les Echos décernent un trophée à l’équipementier automobile Valéo, champion français des brevets, leader mondial de l’électrification des voitures (et de leur conduite autonome) devant Peugeot et Safran

Le monde de l’entreprise également à la Une, mais du côté des salariés…

« La bienveillance, ça paie », annonce Le Parisien : de plus en plus de sociétés mettent en avant cette valeur au cœur de leur management…
La préoccupation du bien-être des salariés pendre une place grandissante.
5 règles d’or… Autant de post it dans Le Parisien :
Un : être capable d’exprimer sa gratitude… Merci. Merci… Montrer sa reconnaissance aide à la fabrication chez l’autre de l’ocytonine, hormone qui baisse le niveau de stress…
Deux : oser le compliment…
Trois : mollo sur les critiques…
Quatre : donner du sens à la fonction de l’autre…
Cinq : fixer des objectifs raisonnables…

C’est un peu la vision bisounours de l’entreprise, tout ça, non ?

L’entreprise n’est pas qu’un espace de contrainte, soutient Le Parisien, précisant dans son édito qu’il n’est pas inutile de rappeler que le travail est aussi un outil d’émancipation et de réalisation de soi-même…
Il y a toujours des moments délicats à négocier… Faut-il opter pour le tutoiement de ses supérieurs hiérarchiques, de plus en plus répandu ? Attention, si le vouvoiement marque la distance, le tutoiement reste un subtil marqueur social, analyse un sociologue dans Libération… Le tutoiement ne ferait que masquer des rapports de domination toujours présents…
Autre moment délicat où les règles d’or de la bienveillance peuvent s’estomper : la demande d’augmentation ! Le salaire reste le meilleur baromètre de la considération que l’on a pour votre travail !

Comment négocier ?

Quelques clés dans le hors-série du Point sur l’art de convaincre… L’augmentation de salaire : venez avec des arguments solides pour vous valoriser, et montrer que vous êtes l’avenir de l’entreprise. Avancez un chiffre pour fixer vous-même le point de départ de la négociation…
Le Point passe en revue d’autres situations où l’éloquence est utile : les oraux d’examen ou encore le discours de mariage (ne reprenez pas votre discours tant que les rires ou les applaudissements ne sont pas terminés)…
Pas de chapitre sur l’art oratoire en campagne électorale alors que le 1er débat sur France 2 a été marqué par la cacophonie quasi-permanente (Le Monde). La joute à 12 a tourné au chahut. Un débat impossible pour Libération…

Un mot pour chacun des présents ?

Loiseau sans relief, tranche Le Parisien. Bardella poil à gratter. Jadot convaincu. Glucksmann laborieux. Bellamy trop sage. Aubry pugnace…
« Les gagnants et les perdants », selon Le Parisien, mais alors que la majorité des têtes de liste a livré une critique de l’Union européenne, la grande perdante est cette dernière…
« Personne pour être fier de l’Europe », constate Le Figaro…
Ce débat cacophonie n’aura sans doute par renforcé le camp des Français qui considèrent l’Europe comme une source d’espoir… L’Europe, un espoir pour seulement 29% des Français, selon un sondage publié par Le Figaro…
29%… Le chiffre montait encore à plus de 60% il y a 15 ans…
Gueule de bois…

Michel Grossiord