La Revue de Presse du jour – 05/02/2019

La revue de presse… Le grand débat se transforme en un jeu de ballons ?

De ballons… d’essai !
Référendum à questions multiples, taxe d’habitation maintenue ou pas pour les hauts revenus (finalement pas maintenue), plafonnement des niches fiscales … Le Chef de l’Etat et les ministres entrent dans le jeu du grand débat…
Ca va tellement vite que ce ne sont plus des ballons qui sont lancés, on assiste à une partie de ping-pong, observe Cécile Cornudet des Echos.
Aller vite, surprendre, capter l’attention des médias… Manière de gommer ce jaune décidément trop voyant…
La petite balle envoyée hier par Gérald Darmanin est mal reçue par une partie de la presse qui se mobilise…

Le ministre des Comptes publics a les crédits d’impôt dans son collimateur…

On a coutume de dire que dans chaque niche fiscale se trouve un chien pour la défendre…
Eh bien, les chiens ont raison de défendre leur niche, pour Les Echos qui estime que le ministre s’avance en terrain miné…
L’Opinion dénonce le concours Lépine de la chasse aux riches… Chasse aux « ménages », préfère dire Le Figaro : les ménages appartenant aux classes moyennes dites « aisées » qui paient déjà l’impôt sur le revenu pour le reste du pays…
Gérald Darmanin a certes souligné que les bénéfices tirés des niches fiscales sont concentrés sur les 10% des contribuables les plus riches, le ministre a ajouté que c’est ce décile-là qui « paye déjà 70% du total de l’impôt sur le revenu »
Le Figaro Economie ajoute que le crédit d’impôt pour l’emploi d’un salarié à domicile a été créé en 1992 par… Martine Aubry !

Ce « grand déballage fiscal », comme dit L’Opinion, aurait déjà des conséquences…

Un conseiller en patrimoine et finances assure dans ce journal recevoir beaucoup de demandes de personnes qui ne pensaient pas partir… Des gens de 55-60 ans attirés par les paradis fiscaux que sont la Belgique, le Portugal et maintenant l’Italie pour les retraités…
Ironie de l’histoire, certains en viennent à regretter la suppression de l’impôt sur la fortune qui était contreproductif sur le plan économique mais qui était « facteur de paix sociale »…
La levée de bouclier contre une remise en cause des niches fiscales, un maquis de 474 mesures spécifiques à 100 milliards d’euros (entreprises, TVA, ménages), cette levée de boucliers ne mobilise pas toute la presse…

L’Humanité ou Libération n’entrent pas dans la danse…

Libé, qui utilisait récemment le mot rupin à la Une pour désigner les « riches », Libé titre sur la loi anti-casseurs : « Un pavé dans les libertés ». Le texte divise au sein même de la majorité…
A chaque journal son proche d’Emmanuel Macron pour dénoncer un texte inspiré par la droite. Après l’avocat François Sureau dans Le Monde hier (François Sureau que l’on retrouve dans La Croix pour sa chronique hebdomadaire : « Depuis 20 ans, écrit-il, nous avons courbé l’échine sous la pluie des dispositions liberticides qui n’ont augmenter la sécurité de personne »)… après François Sureau, un autre avocat « proche d’Emmanuel Macron », dénonce le pouvoir exorbitant qui sera donné aux préfets, Jean-Pierre Mignard…
On parle beaucoup depuis ce week-end d’un référendum à questions multiples, Libé pose à Jean-Pierre Mignard une question à multiples réponses…
-Cette loi, lui demande t-on, est-elle le signe d’un pouvoir qui a peur, qui perd les pédales, ou qui est mal conseillé ?
Embarras du choix…

On a beaucoup parlé des proches d’Emmanuel Macron… Eux-mêmes parlent beaucoup… Parlons de lui…

Lui, Emmanuel Macron, l’homme aux deux visages, tire Le Parisien…
L’homme aux deux visages, c’est un vieux film des années 30… Il y a eu plus récemment l’homme aux mille visages…
Nous ne sommes pas dans un polar, mais dans une plongée psychologique… Emmanuel Macron, libéral ou social, arrogant ou à l’écoute…
Un Macron peut en cacher un autre, avance Le Parisien qui interroge le psychanalyste Serge Hefez : le côté Jupiter, c’est lorsqu’il a rencontré la toute puissance…
Le côté Jupiter, c’est aussi l’égo, ajoute dans Le Figaro le sénateur Marc-Philippe Daubresse un ami de Jean-Louis Borloo… « Quand Jupiter lançait ses foudres, il faisait souvent des grosses erreurs »…
La grosse erreur, sur laquelle revient longuement Le Figaro, c’est l’implacable fin de non-recevoir présidentielle au plan Borloo pour les banlieues…
Histoire secrète d’un rendez-vous manqué…

Il remonte au 22 mai de l’année dernière, encore l’époque de Jupiter…

Homme aux deux visages ? La veille de l’humiliation publique de Jean-Louis Borloo, qui est encore mortifié par l’ironie sur les « deux hommes blancs », Emmanuel Macron lui téléphonait (pendant 45’) pour lui dire : C’est formidable ton plan, j’achète tout… On va faire quelque chose de génial, viens une heure plus tôt demain…

 

Michel Grossiord