La nuit sera noire et rouge à l’Opéra de Lyon du 13 mars au 2 avril

Le Festival d’Opéras proposé par l’Opéra de Lyon est de retour cette saison du 13 mars au 2 avril 2020. Trois semaines pour découvrir trois grands opéras et bien d’autres surprises ! Radio Classique y consacre une journée spéciale sur son antenne ce 14 février. Vous pourrez entendre toute la journée des reportages et des interviews consacrés à cette grande fête de l’opéra avec entre autre le directeur Serge Dorny, les chefs Bernhard Kontarsky et Michel Spotti, l’illustrateur et animateur Grégoire Pont.

Focus sur les grands temps forts de ce festival !

 

 « La nuit sera noire et rouge », une édition 2020 haute en couleur !

Créé par le directeur de l’Opéra de Lyon Serge Dorny, ce festival vous propose trois semaines de festivité autour de Rigoletto de Verdi, Irrelohe de Franz Schreker et Der Mond (La Lune) de Carl Orff.

Cette année. Un titre énigmatique : « La nuit sera noire et rouge ». Ce thème est une paraphrase des dernières lignes écrites par le poète Gerard de Nerval à sa tante le 25 janvier 1855 « Ne m’attends pas ce soir, car la nuit sera noire et blanche ». On le retrouvera au matin du 26 pendu à une grille de la rue de la Vieille Lanterne, aujourd’hui disparue, se trouvant sur l’emplacement actuel du Théâtre de la Ville à Paris.

« La nuit sera noire et rouge », c’est un titre, ce sont aussi les couleurs qui teintent ce festival : le noir associé à la nuit, au malheur, à la malédiction ; le rouge à la fête, à la lune, mais aussi au feu et au sang.

 

 

Rigoletto de Guiseppe Verdi du 13 mars au 2 avril

D’après le chef d’œuvre de Victor Hugo, Le Roi s’amuse, Verdi compose un opéra noir et profond : Rigoletto. Le bouffon du Duc de Manton ne parvient pas à empêcher sa fille de tomber amoureuse de ce maître séducteur et dépravé. Une tragédie mise en scène par l’allemand Axel Ranish.

 

 

Irrelohe de Franz Schreker du 14 au 28 mars

Le voyage musical se poursuit avec Irrelohe (Flamme folle) dans l’Allemagne du XVIIIe siècle. De la passion aux flammes, de l’amour à la jalousie, de la tendresse à la colère, cette tragédie amoureuse, vénéneuse et sensuelle est à redécouvrir dans la mise en scène de David Bösch !

 

 

La Lune de Carl Orff du 14 au 22 mars

Un conte « macabre » clôture le festival. Voici l’histoire de quatre garçons qui découvrent et se partagent la lune, qui détiennent la lumière du monde. Carl Orff adapte ici un conte des frères Grimm d’après une vieille légende populaire allemande, intitulée « La Lune, petit théâtre du monde ».

« L’atmosphère sombre, crue et en même temps pleine de drôlerie nous ont tout de suite fait penser à quelque chose de primitif, comme un vieux conte traditionnel venu des âges lointains. » nous explique le metteur en scène Grégoire Pont.

 

Les autres temps forts du festival  

Ne ratez surtout pas la journée découverte (gratuite) le samedi 15 février ! Entre visites, projections, jeux, concerts, lectures, conférences avec l’historien des couleurs Michel Pastoureau, vous voilà projetés, de manière ludique, au cœur de l’opéra !

 

 

Pour plus d’informations, cliquez ici 

 

Plus d’articles