La jeunesse éternelle des soeurs Labèque

Katia et Marielle Labèque m’épatent, car elles n’ont cessé d’évoluer, de se remettre en question, d’élargir leurs rencontres musicales. D’abord la musique baroque. Elles ont travaillé avec les meilleurs (Reinhard Goebel, Robert Levin, John Eliot Gardiner, Giovanni Antonini du Giardino Armonico) pour s’imprégner des dernières découvertes musicologiques et pour saisir l’esprit de ce répertoire. Du coup, elles sont devenues très critiques avec les enregistrements qui les avaient rendues si populaires. Elles ont revu toute leur technique, elles se sont mises à apprendre le clavecin et le pianoforte comme des écolières. Ensuite la musique contemporaine. Rares sont les artistes de ce niveau qui acceptent de passer autant de temps pour un résultat public assez peu payant, mais passionnant. Et puis les rencontres hors des sentiers battus avec la musique populaire, le jazz, la musique du monde. Elles n’en ont pas oublié pour autant les oeuvres phares du répertoire pour deux piano (Mozart, Ravel, Debussy…) qu’elles ont enregistré dans une perspective moins clinquante qu’autrefois, plus raffinée, mais dans un label qu’elles ont créé, sans la force de frappe médiatique des majors de l’industrie phonographique. Du coup, leur position est devenue paradoxale en France, car le grand public ne les a pas suivies dans leurs aventures pointues et la presse spécialisée ne s’est pas fait suffisamment l’écho de leur métamorphose.
Humainement, elles sont restées aussi fraîches et enthousiastes qu’autrefois, avec cette star quality inentamée. En public, Marielle est toujours discrète, Katia est toujours enflammée. Mais, dans l’intimité, Marielle peut se montrer intarissable, passionnée et Katia secrète et fragile. Toujours unies, aimantes et sincères. De belles retrouvailles.
Voici leur programme :
Madeleines
1) Chopin Fantaisie Impromptu, Samson François
2) Schubert Impromptu en La B Majeur D 935, Radu Lupu
3) Chant Basque
4) Mozart Concerto numero 5 en re M Rondo K 382 Allegretto Gracioso
(Decca), Robert Levin / Christopher Hogwood
Programme
1)Albeniz Iberia Evocation Alicia de Larrocha
2) Bach sonate en B mineur BWV 1014 Adagio, Mullova / Dantone
3) Bach Concertos Brandebourgeois numero 3 en Sol majeur BWV 1048
Allegro, Reinhard Goebel
ou
3) Bach, Concerto brandebourgeois n°2 en fa majeur BWV 1047Fa M BWV 1047
Andante
4) Chopin Concerto en mi mineur premier mouvement, Krystian Zimerman « 
5) Beethoven, concerto numéro 4 deuxième mouvement, Levin / Gardiner
Mélodies d’amour
1) Handel, Alcina Ah mio Cor Venice Baroque, Magdalena Kozena
2)Wagner, Lohengrin Prelude Semyon Bychkov
Et puis : Sonate pour deux pianos de Mozart par K. et M. Labèque