La force singulière de Sonia Wieder-Atherton

 sonia-wieder-atherton-001_small.jpg

Les violoncellistes se suivent, dans Passion Classique, et ne se ressemblent pas.
Sonia Wieder-Atherton est une musicienne puissante et atypique. Ses projets possèdent une grande intensité artistique. Henri Dutilleux et Pascal Dusapin lui ont dédié des oeuvres. Elle a partagé la scène avec Samy Frey et Fanny Ardant. Elle a aussi travaillé avec la cinéaste Chantal Ackerman. A chaque fois, ce sont des aventures singulières, profondes. Son dernier enregistrement nous propose une traversée du miroir entre Monteverdi et Scelsi (Naïve). Rien de commercial ou de convenu dans sa démarche. Elle est sans concession, avec une intégrité et une conviction qui forcent le respect. Son jeu est intelligent, mais il n’est pas sèchement cérébral. Née à San Francisco, d’un père américain et d’une maire roumaine, elle est arrivée en FRance à l’âge de sept ans. Après avoir travaillé avec Maurice Gendron, de manière passionnelle, elle a rencontré Mstislav Rostropovitch avant d’aller se perfectionner à Moscou. Son engagement musical est à la fois spirituel et amoureux. Aucune note ne sort de son instrument qui ne soit totalement habitée, essentielle. Elle s’exprime avec l’authenticité des très grands artistes. Ce qu’elle est.
Voici son programme :

Madeleines :

1.Steel drums
2.Paul Robeson chante Oh no John…
3.Rodgers and Hammerstein musical The Sound of Music.Do a dear… music
making

Musiques Classiques :

1. Bartok Concerto pour orchestre (4e mvt)
2. Schubert chanté par Fritz Wunderlich
3. Brahms 4e symphonie, final dir Carlos Kleiber
4. Beethoven trio des espits avec Casals (2e mvt)
5. Shostakovitch 8e quatuor (2e mvt)

Les 3 moments :

1. vie : Berio Flok songs Azerbaijan love song
2. amour : Rostro et Argerich dans le 2e mouvement de la sonate de Chopin
3. mort : Marian Anderson Haendel Messiah, « He shall feed his flock »