La centrale de Tchernobyl menacée par un gigantesque feu de forêt – La Revue de Presse de David Abiker

La fin du confinement, fixée au 11 mai par Emmanuel Macron, pourrait inciter à l’optimisme. Mais une catastrophe peut en cacher une autre. Un incendie d’ampleur se rapproche de la centrale de Tchernobyl, en Ukraine.

 

Pour Le Parisien, « on aurait tort de ne pas savourer » l’annonce de la fin du confinement

« Le 11 mai pour horizon », c’est la Une de La Charente Libre. « Rendez-vous le 11 mai », pour le Courrier Picard. Et à ceux qui pensent que le 11 mai sera une libération, Sud Ouest rappelle que le 11 mai ne sera que le début de la fin. Le Télégramme explique que nous avons 27 jours pour être prêts.

 

 

Pour être prêts à quoi ? A vivre des mois avec le virus, nous rappelle froidement la presse de la Manche. Et l’Alsace, dont la région paie un lourd tribut à la maladie, sait que le 11 mai ne sera qu’une nouvelle étape et certainement pas un retour à la normale. Pour Le Parisien, on aurait tort de ne pas le savourer.

 

Le feu se trouve à 1,5 kilomètre du réacteur éventré de Tchernobyl

« L’espoir renait mais rien n’est acquis », ajoute Le Figaro. Rien n’est jamais acquis, surtout en matière de catastrophe. C’est ce que nous enseigne cette information tombée dans la nuit. Un gigantesque feu de forêt progresse autour de la centrale de Tchernobyl.

 

 

Selon Reuters et Greenpeace, l’incendie n’est plus qu’à 1,5 kilomètre de l’arche qui confine le réacteur qui avait explosé, le 26 avril 1986 ; il y a bientôt 34 ans jour pour jour.

 

David Abiker

 

Retrouvez l’actualité du Classique