Khatia Buniatishvili, une étoile est née

La première fois que j’ai entendu parler de Khatia Buniatishvili, c’était par le pianiste Stephen Kovacevich. L’ayant entendue jouer, il a déclaré n’avoir pas ressenti une émotion comparable depuis Jacqueline Du Pré et Martha Argerich. Curieux, je suis allé l’écouter et j’ai tout de suite été fasciné par son jeu très spontané et très mûr à la fois. Sur scène, elle est comme un animal qui bondit sur le clavier, mais nous ne sommes pas chez Tom et Jerry, plutôt dans La nuit de l’iguane. Dans la vie, elle est naturelle et chaleureuse. Sa soeur est également une excellente pianiste. Elles ont joué ensemble à La Roque d’Anthéron. Son discours sur la musique, bien que ça lui coûte d’en parler, car il s’agit d’une chose intime, est pur et profond. Une très grande artiste et une fille en or.
Voici son programme :

1. Mozart – Requiem (Confutatis)
2. Schumann – piano quartet op.47 3eme movement
3. Leoncavallo – opera « Pagliacci » aria de Canio – Vesti la
Giubba par Caruso

3 madeleines:
1. « la vie en rose » chantee par Edith Piaf
2. Max Steiner – thème d’Autant en emporte le vent
3. G. Kancheli – herio bichebo