Jérôme Chartier « Le climat de la relation entre Nicolas Sarkozy et François Fillon est un bon climat »

Ce matin à 8h15 sur Radio Classique

Jérôme Chartier, conseiller spécial de Francois Fillon
Invité de Guillaume Durand

« Le climat de la relation entre Nicolas Sarkozy et François Fillon est un bon climat »

Extraits :

A propos des propos d’Emmanuel Macron sur la colonisation de l’Algérie

« C’est une double humiliation qui a été infligée aux rapatriés d’Algérie, aux pieds noirs et à leurs familles. Cette première humiliation a été de considérer que la colonisation était constituée de crimes contre l’humanité ; la seconde humiliation c’est de paraphraser le Général De Gaulle à Alger, le « Je vous ai compris » sonne pour les pieds noirs et rapatriés d’Algérie de manière extrêmement amère. (…) C’est sans doute le moment où le Général de Gaulle a donné aux pieds noirs le sentiment qu’il les trompait et, incontestablement, ce fut le cas. C’est pour cela que ce qu’a fait Emmanuel Macron est une double humiliation et que des centaines de Français, des milliers, des millions si vous comptez les rapatriés d’Algérie et toutes leurs familles, n’oublieront jamais. (…) Ça ne me réjouit pas, je déteste qu’on humilie les Français, je trouve ça scandaleux, je trouve ça déplacé. (…) On ne peut pas se permettre d’humilier quiconque et qui que ce soit, ce n’est pas parce qu’on ne partage pas les idées politiques de quelqu’un qu’on l’humilie pour autant et sentir les Français humiliés ce weekend ça m’a fait mal. »

A propos de la campagne présidentielle

«Il y a nombre de problèmes dans une campagne présidentielle et c’est normal. C’est ma cinquième campagne présidentielle et toutes les campagnes présidentielles sont difficiles. Il y a des rebondissements, il y a des sujets, il y a des attaques, comme celles dont François Fillon a fait l’objet ces dernières semaines. Voilà, ce sont des campagnes présidentielles, à nous aussi de savoir y faire face, et je crois aussi que derrière François Fillon, toute la droite et le centre, toutes celles et tous ceux qui le soutiennent, savent faire face. »

A propos du projet santé de François Fillon

« Cette semaine François Fillon va présenter ses propositions sur la santé, il va poursuivre sa campagne sur le terrain. (…) Ce n’est pas exactement la même chose que ce qui avait été présenté, cela avait été très mal compris et au fond le principe de François Fillon sur la santé c’était de mieux protéger les Français, de leur faire bénéficier des technologies les plus avancées s’agissant de leur protection santé et en l’occurrence ça n’a pas été compris à travers la caricature qui a été faite…»

« (…) Demain, il va présenter tout son projet santé et je crois que ce sera un moment de débat enfin pour le premier tour de l’élection présidentielle. C’est ce que les Français attendent, ils attendent qu’on rentre dans les sujets et au fond, quelles vont être les propositions de chacun des candidats et bien, demain, il y aura des propositions de François Fillon sur la santé et qui ne seront pas la même présentation, l’esprit reste le même : mieux protéger les Français (…) L’esprit du projet de François Fillon, qui consiste à mieux protéger les Français, reste le même et demeure. (…) Je suppose que demain François Fillon va rassurer tous les Français. (…).»

A propos d’un possible flottement dans l’organisation du parti LR

«Une campagne c’est un rassemblement. La bonne nouvelle, c’est qu’énormément de personnes, à la fin de la primaire, ont voulu prendre part à la campagne de François Fillon ce qui marque là une envie de rassemblement de la droite et du centre derrière le candidat, ça c’est une très bonne nouvelle. Chacun aujourd’hui a une responsabilité. (…) Quand François Fillon dit « je ne veux avoir qu’une seule personne qui porte officiellement ma parole » ce n’est pas pour supprimer toutes les autres prises de parole, bien au contraire. Vous le voyiez ce matin, énormément de personnes prennent la parole pour la campagne de François Fillon mais le principe qui consiste à dire « j’ai une personne qui porte ma parole de manière officielle », en l’occurrence c’est Thierry Solère, ça permet d’unifier le porte-parole (…). Mais en même temps François Fillon a conforté toutes celles et tous ceux qui prennent la parole pour la campagne et aujourd’hui plusieurs personnes prennent la parole et c’est ça qui anime aussi une campagne présidentielle et qui manifeste toute une équipe qui est mobilisée derrière le candidat François Fillon. »
(…)

A propos de qui pourrait siéger à Matignon

«Je ne suis pas certain que de savoir qui va faire le match des premiers ministres intéresse véritablement les Français par rapport aux propositions de François Fillon sur la santé, sur la sécurité, sur le pouvoir d’achat des Français. Voilà quelles sont les priorités, pour le reste on va comme toujours laisser faire les éditorialistes. Je dirais qu’aujourd’hui on sort de trois semaines qui n’ont pas été faciles et en l’occurrence l’ambition qu’il a c’est de parler directement avec les Français, c’est d’engager ce face à face avec les Français à travers ses propositions »

A propos des conversations avec Nicolas Sarkozy

« Ce furent des conversations – car il y en a eu plusieurs, ce ne fut pas seulement le déjeuner – qui furent réalisées dans un bon climat, c’est la vérité. (…) »

«Moi ce que je peux vous dire c’est que le climat de la relation entre Nicolas Sarkozy et François Fillon est un bon climat aujourd’hui. Ça n’a pas toujours été le cas comme chacun le sait et je suis heureux de voir que ce climat est à l’image du rassemblement de la droite et du centre derrière François Fillon. »

A propos de Marine Le Pen

« Il n’y a pas de petit concurrent dans une élection présidentielle, il n’y a personne à négliger. Marine Le Pen est une concurrente redoutable et dangereuse pour la France et pour l’avenir des Français. Une seule proposition, si elle est mise en œuvre, la fin de l’euro, ça veut dire tout simplement une menace terrible pour les économies de tous les Français, pour leur bas de laine et pour toutes ces raisons sa candidature est dangereuse et c’est la raison pour laquelle moi je la combats.»

A propos d’une possible machination contre François Fillon

« Incontestablement il y a une machination. (…) On a compris derrière l’enchaînement des événements qu’il y a une machination redoutable contre François Fillon. Il y avait un objectif : c’était de le mettre à terre, de faire en sorte qu’il ne soit pas en mesure de se présenter à l’élection présidentielle. Vous savez, comme toujours, on n’en tirera jamais les fils, peut-être que l’histoire dans quelques années nous apprendra son fin mot, mais pour l’heure il y a une urgence, une mobilisation, c’est de répondre aux attentes des Français s’agissant des propositions et s’agissant de leur avenir »