Jean-Louis Etienne, le rêve devenu réalité

Un concentré d’intelligence, de courage et de sagesse. Il a le langage simple et vigoureux de ceux qui agissent. L’esprit vif et clair de ceux qui doivent prendre une décision vitale en quelques secondes. « Suis la voie de tes rêves », nous a dit le médecin et explorateur Jean-Louis Etienne. Mais il nous met aussi en garde contre l’errance. Celle qui nous fait partir loin pour fuir des problèmes qu’on emporte avec soi. Il nous conseille de bâtir un projet. Faire le tour de France à vélo ou pourquoi pas le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle. Ou encore faire de grands voyages sans quitter sa chambre comme Schubert ou Proust. Sans parler des mathématiciens, qui doivent s’encorder de théorèmes pour revenir sain et sauf d’un lointain périple dans l’inconnu des chiffres. Le rêve a dévoré la vie de Jean-Louis Etienne et pas le contraire. Il voue à la nature une passion démesurée. Celle du Pôle Nord ou du Pôle Sud, qu’il connaît comme sa poche, celle de son Tarn natal qui a fouetté son imagination d’enfant, mais cela peut être une forêt aux portes des villes. Et si l’on ne peut se résoudre à partir, il reste l’observation du ciel qui peut remplir une vie entière. Ou emprunter les chemins vertigineux dans lesquels nous entraînent Bach ou Mozart, qui ont réussi à fixer des paysages éternels, à créer un monde infini, et à refaire en une vie ce que Dieu a créé en six jours.
Voici son programme :
Suite pour violoncelle de Bach en ré mineur
Madeleines
Change the World d’Eric Clapton.
Walk on a Wild Side de Lou Reed.
After Midnight de JJ Cale
Musique classique
Gnossienne n° 1 d’Erik Sati,
Mozart : Concerto n° 19 – 1er mvt
Lohengrin Prélude de l’acte I de Wagner
Bach : Agnus Dei de la Messe en si (Alfred Deller)
Mélodies d’amour
This mélodie de Julien Clerc
La complainte de l’ours en Alaska – Beau Dommage
On m’attend là-bas de Véronique Sanson