Jean-François Dichamp, un coeur pur

J’avais beaucoup aimé les deux premiers disques de Jean-François Dichamp, parus il y a quelques années, qui révélaient une nature sensible et un musicien accompli. Et puis, il a disparu de la circulation. Une tournée en Amérique du sud, la découverte du Chili, la photographie, un malencontreux accident au bras droit… Ce garçon singulier n’a pas un itinéraire banal, il est resté à l’écart de la médiatisation et du système. C’est Brigitte Bardot qui m’a suggéré de l’inviter dans l’émission. « Vous allez voir, c’est une belle âme », m’a-t-elle dit. Je l’ai découvert en même temps que la plupart des auditeurs de Radio Classique : fin, écorché vif, intègre, esthète. Un coeur pur. Il était impressionné de s’exprimer en direct à la radio pendant un temps aussi long. On a eu le temps de le découvrir, de le connaître, de le comprendre. La chaleur émue des messages, qui sont parvenus dans le studio via Internet, nous a confirmé qu’il s’agissait d’une belle rencontre pour nombre d’entre vous.
Voici son programme :

Madeleines musicales :

– Concerto n.1 en mi mineur, Chopin, par Rubinstein (thème au piano du 1er
mvt)

– Ouverture de « La Belle au bois dormant » Tchaikovsky (le tout début)

– Concerto n.23 K.488 Mozart, par Clara Haskil, Adagio

Programme :

– BACH : concerto Brandebourgeois n.6, 1er mvt par Karajan

– BACH : prélude en do dièse mineur extait du « Clavier bien tempéré » 1er
livre, par Hélène Grimaud

– MOZART : concerto pour piano n.22 K.482, 1er mvt, (début et entrée du
piano) par Annie Fischer, dir. Otto Klemperer, version live (Amsterdam
1956)

– BRUCKNER : Symphonie n.8 en do mineur, Adagio (début) dir. Eugen Jochum

Mélodies d’amour :

– STRAUSS : « Morgen » op.27 n.4, lied pour soprano et orchestre, par
Elisabeth Schwarzkopf, dir George Szell

– WAGNER : Wesendonck Lieder n.1, « Der Engel », par Kirsten Flagstad
accompagnée au piano par Gerald Moore

– Georges DELERUE : musique de la scène finale du film « La Femme d’à côté »