Jean-François Colosimo : c’est Byzance !

Le titre me rappelle une histoire. Alors qu’un acteur, qui tient un tout petit rôle dans une pièce, tombe subitement malade le soir de la première, le metteur en scène demande au balayeur du théâtre de le remplacer au pied levé. « C’est très simple, lui dit-il, vous entrez au début du deuxième acte, sur la scène, côté cour, vous découvrez un décor magnifique, vous vous exclamez : « Mais c’est Byzance ! » et vous sortez côté jardin. Voilà. » Le balayeur accepte et répète nerveusement sa phrase pendant tout le premier acte. Au début du deuxième, il entre sur scène, pas intimidé du tout, découvre le magnifique décor, aperçoit un personnage au centre de la scène, se dirige vers lui et lui tend la main, en s’exclamant : « Mais, c’est Byzance ! » comme on dirait : « Comment vas-tu vieille branche ? »
Jean-François Colosimo n’est ni acteur ni balayeur. C’est le président du très estimable Centre national du Livre, qui sait balayer devant sa porte et qui pèse plus lourd que l’industrie du cinéma.
C’est aussi un spécialiste de la philosophie byzantine, si mal connue, et un amoureux de la musique liturgique orthodoxe. Un vent oriental a soufflé sur Passion Classique en élargissant nos horizons intellectuels et spirituels.
Voix-si son programme :
5 CLASSIQUES :
-Monteverdi, Toccata de l’Orfeo
-Bach, suites pour Violoncelle, suite 3 en Do majeur
-Beethoven, quatuor à cordes, n° 4, deuxième mouvement
-Couperin, pièces pour clavecin, folies françaises
-Scriabine, Sonate N°3 pour piano

3 MADELEINES :
-Léo Ferré, La vie d’artiste
-Lou Reed, Jesus ou Sweet Jane
-Christophe, Les mots bleus

3 THEMES :
EXCLISIVEMENT MUSIQUE LITURGIQUE BYZANTINE, DE PREFERENCE LE GROUPE DE LYCOURGOS ANGELOPOULOS, CHOEUR BYZANTIN DE GRECE
-l’amour : Hirmos Calophonique : Voici qu’un astre… (in Hymnes de Noël)
-la mort : lamentations du Vendredi Saint
-la vie : hymne de Pâque, Christos anesti, Le Christ est ressuscité.