Jean Cortot, bon son ne saurait mentir

 Olivier Bellamy et Jean Cortot sur Radio Classique

Jean Cortot est le fils de l’immense pianiste Alfred Cortot.

Son père prétendait avoir reçu deux leçons capitales dans sa vie. L’une d’Anton Rubinstein, qui, l’entendant jouer à huit ans, lui a dit : « Beethoven, mon petit, ça se réinvente ». L’autre à l’âge mûr, lorsqu’à la mort de Debussy, il est allé joué des Préludes à sa fille Chouchou qui lui a dit : « Papa écoutait davantage »…

Jean Cortot est peintre et a hérité d’une fabuleuse collection de son père : des mèches de cheveux des grands compositeurs et des tableaux de musiciens, notamment le fameux portrait de Mozart par Lange.

Voici son programme :

Chopin : Prélude n° 4 (Cortot)

3 Madeleines:

      * Trio Alfred Cortot/ Jacques Thibaud/ Pablo Casals – Schubert, Piano

      trio n°1 D 898 – II – Andante un poco mosso (EMI)

      * Alfred Cortot – The Master Classes – sur Chopin, CD 1  (Sony)

      * Chopin – Concerto pour piano n°2 en Fa m – II – Larghetto (si

      possible Alfred Cortot)

Sélection:

* Martha Argerich – Schumann – Scènes d’Enfants – n°2

      * Dinu Lipatti – Bach – Partita I en Ré Majeur BWV 825 – Allemande

      (EMI)

      * Samson François dans Chopin – Etude n°1 (EMI)

* Dinu Lipatti – Chopin – Barcarolle

* Alfred CORTOT – Debussy – Children’s corner – Golliwog’s cakewalk

* Wagner – Crépuscule des Dieux – Acte III (scène finale) Starke Scheite

schichtet mir dort

* Vincent d’Indy – Symphonie sur un chant campagnard – Jour d’été à la montagne – I – Aurore