Isabelle Carré, le charme de la simplicité

Avec ses lunettes sur le nez et ses tennis aux pieds, vous ne la reconnaîtriez pas dans la rue. Isabelle Carré ne cherche pas à jouer l’actrice. Elle est simple, naturelle, gentille. C’est à l’écran qu’elle dévoile toute la complexité humaine. Pas la sienne, car elle ne s’intéresse pas vraiment à elle et revendique le droit de se sentir banale, mais celle des personnages qu’elle interprète. En même temps, elle est fascinée par Björk, ce volcan d’Islande, qui la rassure car cela veut dire qu’on peut oser être bizarre, hors-normes, hors-cadre, tout en aspirant à la tranquillité, à l’anonymat.
Le regard des autres est une chose étrange. On aimerait que les gens s’intéressent à votre travail ou qu’ils passent leur chemin, comme un boulanger qui met tout son coeur à faire du bon pain et dont le plus grand bonheur est de voir un amateur de bonnes choses de la vie croquer à pleines dents dans la croûte dorée en fermant les yeux. Mais certains regardent vos vêtements, votre coiffure, votre manière d’être, vous placent sur un piédestal ou vous dénigrent, contestent vos succès, rient de vos échecs. Ils écrivent sur la devanture de la boulangerie : « La boulangère me fait bander » ou « La boulangère a une tronche de salope ». Or la boulangère ne mérite « ni cet excès d’honneur ni cette indignité ». Elle se lève tôt chaque matin pour que ses clients aient du bon pain, elle ne fait de mal à personne, elle a le droit à sa vie privée comme tout le monde, elle a ses problèmes et ses joies comme tout le monde. Alors elle essuie les graffitis d’un air fataliste et continue sa route. Demain est un autre jour.
Voici le programme d’Isabelle Carré :

– la valse triste de Sibelius,
– la passion selon St. Matthieu de Bach : chœur final, c est la musique choisie par
Scorsese dans casino !
– La petite messe solennelle de Rossini,
– le concerto en sol de Ravel,
– La Traviata par Maria Callas

Madeleines :

– Keith jarret concert a Cologne,
– coco rosie la maison de mon rêve,
– la mélodie du bonheur par Anna de lilicub.

La vie :
La musique de Delerue pour La nuit américaine de Truffaut

La mort:
a roma Of certain age (Divine Comedie).

L’ amour:
All is full of love de Björk .