Intégrale des Symphonies de Brahms

Daniel Barenboim dirige son orchestre de la Staatskapelle de Berlin

Capable, à peine sorti de l’adolescence, de donner le corpus des Sonates de Beethoven en concert, Daniel Barenboim est un cas tout à fait unique dans l’histoire de l’interprétation. La musique de chambre et la direction d’orchestre sont des compléments à sa formation qui lui autorisent une vision globale de la musique, dont l’étendue n’en finit pas de surprendre. Comme le précise l’intéressé, « bien qu’ayant joué Mozart dès le tout début de ma vie musicale, Beethoven était à l’époque le compositeur qui m’importait le plus. »

L’intégrale des Symphonies de Brahms constitue un jalon important dans la discographie du chef : après une première intégrale parue chez Warner au début des années 90 avec l’Orchestre de Chicago que Georg Solti avait façonné à son image, la présente le montre à la tête d’une phalange dont il fut nommé directeur artistique dès 1992 : la Staatskapelle de Berlin. C’est dire s’il a pu lui insuffler sa conception de ces quatre chefs-d’œuvre du répertoire, interprétés ici avec une ampleur peu commune.

Johannes Brahms : Intégrale des Symphonies. Staatskapelle de Berlin, dir. Daniel Barenboim (4 CD Deutsche Grammophon)