Il y a tout juste un an, Carlos Ghosn était arrêté…

C’était le lundi 19 novembre 2018 et ça a été un véritable coup de tonnerre. Ghosn, le plus mythique des patrons de l’automobile dirigeait le trio Renault Nissan Mitsubishi, une Alliance dont il avait fait le numéro un mondial de l’automobile en volume.

 

Pour la justice japonaise Carlos Ghosn était un spécialiste de la fraude fiscale

C’était un patron charismatique et tout-puissant. Pour la justice japonaise c’était aussi un spécialiste de la fraude fiscale qui est allé jusqu’à détourner des fonds de Nissan pour s’enrichir. Pour Carlos Ghosn, il a au contraire été victime d’un complot. Les Japonais ont cherché à le neutraliser parce qu’il voulait fusionner Renault et Nissan et qu’il allait ainsi mettre un terme à l’indépendance relative du japonais. Aujourd’hui, il est sorti de prison mais il est en résidence surveillée à Tokyo dans un appartement sans Internet, sans smartphone et il n’a pas le droit de voir sa femme.

 

 

Dans quel état se trouvent les entreprises qu’il dirigeait ?

Renault et Nissan ne risquent pas la faillite c’est vrai mais ils ont perdu un patron qui était le lien entre les deux groupes. Le top management a été décapité. Les deux entreprises ont passé les douze derniers mois à se tirer dans les pattes. L’Alliance a bien failli imploser et tout cela arrive au pire moment. D’abord parce que sur un plan conjoncturel, les principaux marchés automobiles sont en train de se retourner et du coup les performances des deux groupes se sont effondrées. Et cela arrive juste au moment ou les constructeurs auto doivent être riches et en forme pour investir massivement dans la voiture électrique et autonome.

 

 

Est-ce que cette Alliance vous semble menacée ?

Paradoxalement, le fait que les deux groupes soient aujourd’hui fragilisés et au pied du mur. Le fait qu’ils soient tous les deux en grandes difficultés, cela pourrait les pousser à être obligé de s’entendre. Faire le pari de l’intelligence, c’est toujours risqué mais le top management chez Renault et Nissan a changé et les deux groupes ont l’air de comprendre qu’ils vont être obligé de s’entendre et de mettre encore plus de choses en commun qu’avant l’arrestation de Carlos Ghosn. Les deux groupes en fait s’ignoraient un peu et mettaient juste les achats en commun. Aujourd’hui, Ghosn n’est plus là pour faire le trait d’union et pour que cette Alliance ait vraiment un sens, il faut qu’il écrivent ensemble une nouvelle histoire. C’est pas gagné d’avance mais ça n’est pas impossible.

 

A lire également

 

 

David Barroux

 

Plus d’articles sur le décryptage économique de David Barroux