Hervé Niquet, chasseur de trésors

Après nous avoir fait découvrir des oeuvres rares ou inouïes de Joseph Bodin de Boismortier, de Campra, et même d’un certain Pierre Bouteiller (rien à voir avec un animateur radio à l’insolence feutrée), ne v’la t’y pas qu’Hervé Niquet vient d’enregistrer deux oeuvres de Gustave Chapentier (non, pas celui du Te Deum de l’Eurovision) écrites à la villa Médicis, dans la foulée de son Prix de Rome, alors qu’il y terminait le livret de son célèbre opéra réaliste Louise. Que les Impressions d’Italie ne soient jamais jouées alors qu’elles ont obtenu un triomphe aux Concerts Colonne en 1891 a de quoi nous laisser dubitatifs. Le chef d’orchestre Pierre Boulez peut bien affirmer avec dédain que ce qui n’est plus joué ne mérite pas de l’être, le compositeur Pierre Boulez sera peut-être heureux, où qu’il sera, d’être tiré de l’oubli par un Hervé Niquet du XXIIIe siècle.
Le directeur du Concert Spirituel cache sa science et son enthousiasme de chercheur par un humour réjouissant, mais il ne dissimule pas son goût pour les musiques populaires, celles qui ont du coeur et pas seulement un contrepoint savant et une harmonie recherchée.
Voici son programme :

LES QUATRE DISQUES :
– Gustave Charpentier : un extrait de « La Vie du Poète, un livre-disque avec deux CD qui sort ce mois de novembre dans la série « Musique du Prix de Rome », Palazetto Bru Zane, qui paraît chez Glossa.
– Tielman Susato : « Morisque » extraite du CD enregistré chez L’Oyseau-Lyre
par le New London Consort dirigé par Philip Pickett.
– Maria Callas : http://www.youtube.com/watch?v=jDDDRyYMkKc
– Chanson de Richard Rodney Bennett

TROIS MADELEINES :
– Nana Mouskouri : Petit garçon http://www.youtube.com/watch?v=l_dvH-GgQuc
– une chanson de Dalida : Il venait d‘avoir 18 ans
– « Syracuse » d’Henri Salvador